Une veillée à Verdun rend hommage aux victimes du massacre d'une mosquée de Québec

27 janvier 2023

L'éducation, clé de la lutte contre l'islamophobie. "Quand les gens comprennent qui nous sommes, nous ne sommes plus si effrayants."

L'incident de ce mois-ci, la tragédie d'il y a six ans et d'autres depuis sont des signes clairs que l'islamophobie persiste et doit être traitée avant qu'elle ne dégénère en actions, ont déclaré les participants à l'événement de vendredi.

"C'est une occasion sombre et solennelle de se souvenir des vies qui ont été perdues et de se consacrer à nouveau au travail qui doit être fait pour s'assurer que quelque chose comme ça ne se reproduise plus. Parce que cela se reproduit », a déclaré Miranda Gallo d'Islamic Relief Canada à une foule de plus de 70 musulmans, sympathisants et politiciens locaux rassemblés sous la neige qui tombait pour se souvenir des meurtres survenus il y a six ans, le 29 janvier 2017.

En parlant avec Aymen Derbali, qui a survécu à l'attaque mais est restée paraplégique, Gallo a dit qu'on lui avait rappelé que le massacre de Québec ne s'était pas produit sans avertissement - le Centre culturel islamique de Québec avait fait l'objet de nombreuses formes de harcèlement dans le des semaines et des mois auparavant, y compris des messages haineux laissés sur leur messagerie vocale, des graffitis anti-islamiques sur leurs murs et la tête coupée d'un cochon laissée sur le pas de leur porte. 

« Il y avait tellement de signes de ce qui allait arriver. C'était un rappel que l'islamophobie sous toutes ses formes, aussi petite soit-elle, si elle semble décontractée, même à table, au travail, doit être dénoncée », a-t-elle déclaré. "Parce que qu'il s'agisse d'islamophobie, d'antisémitisme, d'autres formes de haine et d'intolérance, cela ne fait que s'envenimer et grandir et il faut l'arrêter dans son élan."

En 2021, le gouvernement fédéral a annoncé que le 29 janvier deviendrait une journée nationale du souvenir de l'attaque de la mosquée de Québec en 2017, afin d'honorer les victimes et les survivants. La journée vise également à sensibiliser à l'islamophobie et à promouvoir des actions pour la prévenir. La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a déclaré aux personnes rassemblées lors de la vigile à Verdun que son parti travaillait pour que la journée soit également reconnue par le gouvernement provincial.

L'ignorance de la religion musulmane et de ses adeptes est la principale raison pour laquelle l'islamophobie persiste, a déclaré Samer Elniz, porte-parole du Centre islamique de Verdun, où un homme a tenté d'entrer dans la mosquée pendant la prière le 3 janvier après avoir agressé verbalement deux hommes à l'extérieur dans la rue.

L'incident a été capté par les caméras de sécurité de la mosquée et fait l'objet d'une enquête par l'unité des incidents et crimes haineux de la police de Montréal. Les fidèles ont verrouillé la porte et ont empêché l'homme d'entrer.

Lorsqu'on lui a demandé si le gouvernement en faisait assez, il a répondu : « Je ne pense pas. Avec des lois comme le projet de loi 21 (qui interdit à certains employés du gouvernement, y compris la police et les enseignants, de porter des articles religieux comme le hijab), malheureusement, non, ce n'est pas le cas », a déclaré Elniz, qui est également coordonnatrice des communications pour l'Association musulmane du Canada. "Il ne faudrait que cinq à dix minutes pour sensibiliser les gens à ce qu'est réellement la religion ou à ce qu'est l'islamophobie."

Lisez entièrement l'article: Une veillée de Verdun rend hommage aux victimes du massacre d'une mosquée de Québec | Gazette de Montréal

Par René Bruemmer, Montreal Gazette

Message du président-exécutif – septembre 2023

L'importance de l'espoir dans notre Deen. Assalamu alikum warahamatullah...

laisse ton commentaire