Les musulmans canadiens doutent, espèrent prudents que le sommet anti-islamophobie apportera un réel changement

TORONTO — Les musulmans canadiens ont exprimé à la fois des doutes et un espoir prudent alors que les sommet fédéral anti-islamophobie est détenu à la suite d'une horrible attaque au véhicule contre une famille musulmane à London, en Ontario.

Jasmin Zine, l'un des conférenciers du sommet, mène des recherches sur l'islamophobie depuis plus de 20 ans et doute fortement que le gouvernement apportera des changements tangibles.

"La preuve sera dans le pudding s'ils vont réellement consacrer une réflexion et des efforts significatifs à la mise en œuvre de recommandations", a déclaré Zine, professeur de sociologie à l'Université Wilfrid Laurier de Waterloo, en Ontario, lors d'une entrevue téléphonique à CTVNews.ca. .

Les députés ont voté à l'unanimité en faveur d'une motion appelant à un sommet national quelques jours après l'attaque du 6 juin contre la famille Afzaal à London, en Ontario, qui, selon la police, était motivée par la haine anti-musulmane. Le sommet d'une journée de jeudi fait suite à un sommet similaire organisé mercredi par le gouvernement sur l'antisémitisme.

De nombreux groupes et orateurs musulmans participant au sommet largement virtuel de jeudi présentent leurs propres propositions pour lutter contre l'islamophobie et la haine anti-musulmane. Plus tôt cette semaine, le Conseil national des musulmans canadiens, qui a été le fer de lance du sommet, a publié 61 recommandations politiques, qui comprenait:

  •  un envoyé spécial pour l'islamophobie ;
  •  une enquête sur les agences de sécurité nationale et la façon dont elles traitent les groupes suprémacistes blancs ;
  •  revoir les programmes scolaires dans une optique anti-islamophobe et fournir des ressources pour la narration musulmane ;
  •  un fonds national de soutien pour les survivants de crimes motivés par la haine;
  •  et des modifications aux règlements municipaux sur le harcèlement et au Code criminel afin de mieux lutter contre les crimes haineux.

« Les gouvernements participant au sommet doivent savoir que nous voulons plus que leur participation. Nous voulons voir leur engagement envers les délais », a déclaré lundi Mustafa Farooq, PDG du NCCM, lors d'une conférence de presse.

Mais Zine, qui a participé à diverses audiences et sommets gouvernementaux depuis le 11 septembre, dit que la façon dont le gouvernement a chronométré et organisé ce sommet n'inspire pas confiance.

Jasmin Zine

Elle a estimé qu'il était « irrespectueux et inacceptable » de le programmer pendant la fête musulmane de Aïd al-Ahda, et a été bouleversée par le court préavis qu'elle et d'autres ont reçu, un membre du gouvernement l'ayant invitée à prendre la parole il y a quelques jours seulement.

Bien que de nombreux invités aient de bonnes intentions, elle ne peut s'empêcher de penser que «nous ne sommes là que pour un spectacle de chiens et de poneys».

Elle a également déclaré que les politiques proposées lors du sommet pourraient être mises en veilleuse ou potentiellement ignorées en cas d'élections fédérales à l'automne, ajoutant que toute action tangible dépendra également du parti politique qui formera le gouvernement.

Elle a déclaré que ces barrages routiers potentiels ne sont pas les bienvenus compte tenu de la montée inquiétante des attaques anti-musulmanes à travers le pays. « La communauté musulmane est confrontée à de nombreux problèmes en ce moment en termes de peurs existentielles très tangibles pour la sécurité », a déclaré Zine.

« La réalité est que le Canada a subi plus de meurtres de masse motivés par l'islamophobie au cours des cinq dernières années que tout autre pays du G7 », a déclaré Farooq lors de la conférence de presse de lundi. « Cela ne peut pas être autorisé à continuer. »

FAUTE DE NE PAS ÊTRE OBLIGÉ PAR LE GOUVERNEMENT : ACTIVISTE

Zine et d'autres ont des doutes parce qu'ils disent que le gouvernement n'a pas reconnu que ses politiques au fil des ans ont contribué à « un climat d'islamophobie dans ce pays ».

Azeezah Kanji, militant communautaire, chercheur universitaire en droit et écrivain, a déclaré que le discours du gouvernement « néglige le rôle central de l'État canadien lui-même – en particulier dans le contexte de la guerre contre le terrorisme – pour légitimer l'islamophobie et les stéréotypes diabolisants des musulmans ».

Kanji a également critiqué la « Loi de 2015 sur la tolérance zéro pour les pratiques culturelles barbares » de l'ère Harper, qui prétendait protéger les femmes et les filles immigrantes en criminalisant les mariages forcés et en interdisant aux migrants d'entrer au Canada s'ils pratiquent la polygamie. Mais les critiques disent que cela a injustement perpétué les stéréotypes.

Azeezah Kanji

Elle a également déclaré que certaines propositions impliquant des pouvoirs de police lors du sommet pourraient finir par « se retourner contre les communautés mêmes qu'elles sont censées protéger ».

« L'accent a été mis sur l'utilisation dangereuse de pouvoirs antiterroristes élargis et de pouvoirs de police élargis au nom de la lutte contre la haine islamophobe », a déclaré Kanji, faisant référence aux modifications proposées au Code pénal pour mieux pénaliser les agressions, les meurtres, les menaces et les méfaits motivés par la haine ; et la législation provinciale interdisant aux groupes suprémacistes blancs de se rallier sur les terres publiques.

Kanji recherchera plutôt des engagements du gouvernement pour mettre fin au racisme systémique au sein des pouvoirs de l'État eux-mêmes.

Elle a travaillé avec l'International Civil Liberties Monitoring Group, un organisme à but non lucratif basé à Ottawa, pour trouver ses propres propositions, dont certains chevauchent ceux du NCCM.

Il s'agit notamment de la publication et de la collecte de données désagrégées fondées sur la race et la religion par le gouvernement ; et en examinant comment le L'Agence du revenu du Canada travaille avec les agences de sécurité nationale pour effectuer ses audits, ce qui, selon les critiques, se produit avec peu de responsabilité et a affecté de manière disproportionnée les organisations caritatives musulmanes.

« PRUDENTEMENT OPTIMISTE » : GROUPE COMMUNAUTAIRE MUSULMAN

Rania Lawendy, directrice des préadolescents à l'Association musulmane du Canada (MAC), partage bon nombre des préoccupations de Zine et Kanji, mais a déclaré qu'elle était « prudemment optimiste » au sujet du sommet.

MAC présente son propres propositions, sur la base de semaines de consultations avec certaines des 150 000 personnes de ses dizaines de centres communautaires affiliés et d'écoles islamiques à travers le pays.

Rania Lawendy

« Nous savons que la communauté n'a pas d'appétit et n'est pas disposée à simplement dialoguer. Il doit y avoir une action réelle qui découle de ce sommet », a déclaré Lawendy, ajoutant que les communautés musulmanes n'accepteraient rien de moins.

L'avocate des droits humains Amira Elghawaby dit alors qu'elle cherche des objectifs à court et à long terme - comme le le gouvernement fédéral fournit des fonds aux mosquées et aux centres communautaires pour des mises à niveau de sécurité accrues - elle gère grandement ses attentes.

« Le vrai travail se produit une fois le sommet terminé », a déclaré Elghawaby, chroniqueur et membre du conseil d'administration du Réseau canadien anti-haine, lors d'une entrevue téléphonique à CTVNews.ca, ajoutant que ce sont les semaines à venir où les élus de tous les horizons mettent « leur de l'argent là où est leur bouche » et des recommandations avancées.

Le NCCM, pour sa part, s'engage à publier un document 60 jours après le sommet national demandant aux gouvernements d'indiquer un calendrier pour atteindre les objectifs.

Amira Elghawaby

Elghawaby a exhorté les groupes de base à ne pas abandonner leur plaidoyer lors d'une éventuelle élection fédérale.

«Il appartient à nos communautés, à nos alliés et aux électeurs réguliers de toutes les communautés d'attendre des candidats – qui se présentent à des fonctions publiques – de s'engager à améliorer les expériences des communautés minoritaires dans le pays.»

Kanji, qui est également directrice de la programmation au Noor Cultural Centre, basé à Toronto, a été franche au sujet de ses attentes.

« Je ne suis jamais optimiste quant à la volonté ou la capacité du gouvernement à initier le changement », a-t-elle déclaré.

"Mais là où se trouve mon optimisme, c'est avec les communautés et alliés musulmans qui, espérons-le, sont maintenant plus galvanisés autour de la question de l'islamophobie et continueront à faire pression pour les changements profonds nécessaires."

Le ramadan, un mois de solidarité à Cartierville

Mai 2, 2022 | Montréal - Les musulmans célèbrent aujourd’hui...

Muslims and Christians to hold prayers together at Edmonton's McDougall United Church

April 15, 2022 | Edmonton - Historic downtown church hosting...

laisse ton commentaire