« Nous ne laisserons pas la haine gagner. » Des milliers de personnes assistent à une veillée à la mosquée de Londres en l'honneur d'une famille musulmane tuée

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans une mosquée à London, en Ontario. mardi soir pour se souvenir de la famille tuée dans ce que la police a qualifié d'acte motivé par la haine.

La veillée a commencé juste avant 19h30 sur le parking de la mosquée musulmane de Londres et a été diffusée sur Facebook.

Vers 21h Dimanche, un homme dans une camionnette noire a monté le trottoir à une intersection de Londres, frappant une famille de cinq personnes et s'enfuyant.

Quatre membres de la famille ont été tués, dont un homme de 46 ans, sa femme de 44 ans, une fille de 15 ans et sa grand-mère de 74 ans.

Un garçon de neuf ans est à l'hôpital avec des blessures graves, mais on s'attend à ce qu'il survive.

Lundi, Nathaniel Veltman, 20 ans, a été inculpé de quatre chefs de meurtre au premier degré et d'un chef de tentative de meurtre.

Parmi une foule d'orateurs au cours de la veillée de deux heures, qui comprenait un moment de silence et de prière, se trouvaient le premier ministre Justin Trudeau, le premier ministre de l'Ontario Doug Ford et plusieurs membres de la communauté musulmane.

Voici ce que certains des intervenants avaient à dire :

"J'ai parcouru ce sentier que notre famille londonienne a parcouru dimanche et je n'ai jamais pu le terminer. Tout comme beaucoup de mes amis et de ma famille se sont exprimés entre eux et sur les réseaux sociaux. Ce n'est pas une question que ça aurait pu être moi. C'était l'un des nôtres. »

Nusaiba Al-Azem, le deuxième vice-président de la mosquée musulmane de Londres

"Je vois en chacun de vous aujourd'hui, un reflet de la miséricorde de Dieu, l'amour est plus grand que la haine et la haine peut être vaincue. Et pour ceux d'entre vous qui ont encore de la haine dans leurs cœurs, nous voulons plus pour vous, nous voulons mieux pour vous. Nous voulons que votre main, votre cœur, soit déconstruit afin qu'il puisse se dilater de plus en plus comme le cœur des gens ici avec amour, jusqu'à ce que vous connaissiez la source de tout amour.

- Dre Ingrid Mattson, titulaire de la Chaire communautaire de London et Windsor en études islamiques à l'Université Western

« Nous sommes dans une guerre contre la haine et cette guerre exige l'impartialité. Cela nécessite de la coopération, cela nécessite un leadership uni.

— Nawaz Tahir, président de Hikma, une organisation locale de défense de l'islamophobie

«En tant que Canadiens, nous concluons un pacte les uns avec les autres selon lequel nous veillerons les uns sur les autres, prendrons soin les uns des autres et nous respecterons.

« Eh bien, pour la communauté musulmane canadienne, ce pacte a été rompu. Trop de fois. Il a été brisé l'automne dernier à Etobicoke, à Québec, dans beaucoup trop d'endroits au pays. L'islamophobie est réelle. Le racisme est réel.

— Justin Trudeau, premier ministre du Canada

«La famille avait droit à la même sécurité, à la même liberté de peur et à la même liberté de culte que tous les Canadiens, et nous devons nous engager à faire en sorte que ce soit une réalité pour tous les Canadiens.»

Erin O'Toole, chef du parti conservateur fédéral

"Cet acte de terreur a été commis dans le but de semer la peur dans le cœur de la communauté musulmane, alors je veux dire à mes sœurs qui portent un hijab, à mes frères qui se voilent la face - nous ne tremblerons pas de peur. Nous porterons un turban ou un hijab, avec fierté car nous sommes fiers de qui nous sommes.

"Nous ne laisserons pas la haine gagner."

- Jagmeet Singh, chef du parti fédéral NPD

"Là où il y a de la douleur, nous la remplacerons par de l'action. Nous le remplacerons par des actions pour garantir que chacun puisse avoir la sécurité dans son identité, qu'il puisse sortir de la maison tel qu'il est, sans peur et sans aucune inquiétude. Et là où il y a division, nous ferons en sorte qu'il y ait unité.

"En fin de compte, ce que nous pouvons faire pour nous souvenir de ceux qui ont été perdus, c'est dire que la haine ne gagnera pas."

— Annamie Paul, chef du Parti vert fédéral

« Nous ne serons jamais satisfaits tant que les groupes suprémacistes blancs seront autorisés à marcher comme ils ont marché à Londres en toute impunité, et ne seront pas démantelés. Mais ma colère, et la colère de milliers de musulmans canadiens, se transformeront en action positive, une action d'amour.

— Mustafa Farooq, PDG du Conseil national des musulmans canadiens

« Les mots ne suffisent plus.

« Nous tenons nos élus responsables de la création d'une société où nous n'avons pas à expliquer à nos enfants pourquoi on leur dit de rentrer chez eux. Et pourquoi leurs hijabs leur sont arrachés de la tête.

— Nabil Sultan, président de l'Association musulmane du Canada

"Aujourd'hui, nous sommes aux côtés de notre communauté musulmane en cette période de deuil. Nous sommes à leurs côtés face à l'incroyable douleur et souffrance qu'ils rencontrent en ce moment.

"Je veux que chaque musulman, chaque famille musulmane, sache que nous sommes avec eux, qu'ils vous soutiendront toujours."

— Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

« Trop souvent de nous, politiciens, nous entendons des mots. Il est maintenant temps d'agir pour agir.

« Nous devons éradiquer à un niveau systémique les groupes organisés violents, propageant cette haine, propageant l'islamophobie, ici même dans notre province. Nous devons et nous pouvons.

— Andrea Horwath, chef du parti NPD de l'Ontario

« Je ne peux pas accepter que (le garçon de neuf ans) doive traverser le reste de sa vie en endurant le traumatisme émotionnel profond et les cicatrices à cause de cet acte de terreur horrible et horrible, qui ne devrait jamais se produire en Ontario et ne devrait jamais , n'arrive plus jamais au Canada.

— Steven Del Duca, chef du Parti libéral de l'Ontario

"C'était un terroriste. Nous ne pouvons jamais hésiter à l'appeler par ce qu'il est : le terrorisme.

"La suprématie blanche et le racisme, vivre à Londres, louer gratuitement, depuis trop longtemps et il est temps de les expulser."

—Mohamed Salih, conseiller municipal de Londres (Oard 3)

«Regardez par-dessus vos épaules et voyez que vous êtes entouré de l'amour de vos concitoyens londoniens et de l'amour de vos semblables. Cet amour est inébranlable et inconditionnel, et c'est ma promesse qu'il sera toujours avec vous.

— Ed Holder, le maire de Londres

«Je veux parler à ceux qui ne se sentent pas en sécurité ou qui ont peur, car nous savons qu'il n'y aura aucune tolérance dans la communauté pour les individus motivés par la haine, qui ciblent les autres avec violence (et) terreur.

Nous ferons notre part pour traduire ces personnes en justice.

— Steve Williams, le chef de la police de Londres

Des veillées ont également eu lieu en même temps à Ottawa et à Richmond Hill.

À Ottawa, la section d'Ottawa du Conseil canadien des femmes musulmanes a prévu une veillée au Monument des droits de la personne à Rues Lisgar et Elgin et à Richmond Hill, la Société islamique de la région de York a prévu une veillée à 1380 chemin Stouffville.

Le bureau du premier ministre de l'Ontario a annoncé lors de la vigile de Londres que les drapeaux des édifices provinciaux flotteront en berne jusqu'aux funérailles.

La salle de sport «Our London Family» dévoilée samedi

4 juin 2022 | London, ON Près d'un an après...

Le ramadan, un mois de solidarité à Cartierville

2 mai 2022 | Montréal - Les musulmans célèbres aujourd'hui...

laisse ton commentaire