Justin Trudeau et les dirigeants fédéraux s'unissent pour condamner l'attaque contre une famille musulmane à Londres

Le premier ministre Justin Trudeau et d'autres dirigeants politiques ont dénoncé une attaque meurtrière contre une famille musulmane à Londres, en Ontario, comme un acte de terrorisme et ont mis de côté les divergences mardi pour s'unir lors d'une veillée de deuil en l'honneur des victimes d'un crime qui a choqué le de campagne.

« Leur vie a été prise dans un acte de violence brutal, lâche et effronté », a déclaré Trudeau à la Chambre des communes mardi matin. "Ce meurtre n'était pas un accident. Il s'agissait d'un attentat terroriste motivé par la haine au cœur d'une de nos communautés.

La chef conservatrice Erin O'Toole et le chef du NPD Jagmeet Singh ont emboîté le pas en qualifiant l'incident dévastateur d'acte de terreur, tout comme le premier ministre Doug Ford, qui a qualifié la tragédie de «rien de moins qu'une attaque terroriste».

O'Toole s'est également dit préoccupé par le fait que l'isolement provoqué par la pandémie de COVID-19 a amené les Canadiens à se « séparer davantage les uns des autres ».

"Les services de police ont mis en garde contre une augmentation spectaculaire des crimes de haine, de l'extrémisme violent, de l'islamophobie et d'autres signes d'intolérance d'une partie de notre pays à l'autre", a-t-il déclaré.

Nadia Hasan, directrice des opérations du Conseil national des musulmans canadiens, a déclaré qu'il était important de voir le mot «terrorisme» apparaître dans les déclarations politiques de mardi, étant donné que le terme est généralement évité par les élus à la suite d'incidents violents.

« Il est vraiment important non seulement pour la communauté musulmane canadienne, mais pour les Canadiens en général, que ce crime soit appelé ce qu'il est », a déclaré Hasan. "Et pour nous, bien faire les choses, maintenant, c'est le moins que nous puissions faire."

Dimanche, cinq membres d'une famille de la région de Londres ont été renversés par un camion alors qu'ils se promenaient le soir. La police de Londres a déclaré croire que la famille avait été intentionnellement ciblée par le chauffeur du camion en raison de sa foi.

La police n'a pas dévoilé les noms des victimes, mais un communiqué publié par la famille lundi soir les a identifiées comme étant Salman Afzaal, 46 ans, sa femme Madiha Salman, 44 ans, leur fille Yumna Salman, 15 ans, et les 74 ans d'Afzaal. mère d'un an.

Le fils du couple, Fayez, âgé de neuf ans, a été grièvement blessé mais devrait survivre.

Un Londonien de 20 ans a été arrêté à sept kilomètres du lieu de l'accident. Nathaniel Veltman est accusé de quatre chefs de meurtre au premier degré et d'un chef de tentative de meurtre. Il devrait comparaître devant le tribunal jeudi.

Un témoin qui a vu le conducteur a déclaré au Star qu'il semblait porter un gilet pare-balles et un casque.

Rania Lawendy, membre du conseil exécutif de l'Association musulmane du Canada, a déclaré qu'il incombe à Ottawa de consulter les Canadiens musulmans sur les politiques et les pratiques concernant «l'infrastructure de sécurité, d'éducation et de services sociaux» de ce pays.

Lawendy, dont la famille connaissait Yumna Salman, a déclaré que les divisions politiques et sociales au Canada ont permis à l'islamophobie de s'envenimer et de se développer à travers le pays.

« Toutes ces choses ne se sont pas produites dans le vide, n'est-ce pas ? La haine anti-musulmane a prospéré grâce à la polarisation émanant des dirigeants du pays dans leur discours. Et les politiciens doivent assumer la responsabilité de ce qu'ils disent et de ce que cela a fait à notre pays.

Après que les députés ont observé un moment de silence pour les victimes à la Chambre des communes mardi, Trudeau a déclaré que la haine est souvent alimentée par de petites actions qui se transforment en tendances « laides ».

« Les blagues qui ne sont pas drôles. Le racisme occasionnel. Les insinuations qui ne font que diminuer. La rhétorique toxique. La désinformation et l'extrémisme en ligne. La polarisation que nous voyons trop souvent dans notre discours public et dans notre politique.

Lors d'une conférence de presse plus tard dans la journée, Trudeau a été invité par le Star à préciser qui est responsable de cette polarisation politique.

"Je pense que tous les politiciens doivent être conscients, non seulement des mots qu'ils disent, mais de l'intention qui sous-tend ce qu'ils disent. Les politiciens travaillent-ils à rassembler les gens ou à les diviser ? il a dit.

"Je ne veux pas commencer à regarder vers le passé et à trop souligner, 'Eh bien, ce parti a fait ceci et ce parti a fait cela.' Je pense qu'aujourd'hui, nous devons regarder vers l'avenir.

Cependant, le premier ministre a également refusé de critiquer la loi québécoise sur la laïcité, qui interdit le port de vêtements et de symboles visiblement religieux lors de l'offre de services publics, affirmant qu'il n'était pas d'accord avec les critiques qui prétendent qu'elle encourage la haine.

"En matière de laïcité, il est important que nous ayons des institutions et un pays est laïc qui ne juge pas sur la base d'une religion ou de plusieurs religions, qui ne juge pas nos citoyens sur cette base", a-t-il déclaré en français. . "Il est également important de pouvoir protéger les droits fondamentaux de tous."

Trudeau a déclaré que bien qu'il soit personnellement en désaccord avec la loi connue sous le nom de projet de loi 21, il croit qu'une province a le droit de présenter un projet de loi tout comme les Québécois ont le droit de le contester devant les tribunaux, et son gouvernement « surveille attentivement » la poursuite de cette contestation judiciaire. .

"Le projet de loi 21 est quelque chose que nous contestons depuis le jour où le projet de loi est devenu loi", a déclaré Hasan, qui pense que la loi a été élaborée dans un "crescendo d'islamophobie".

« Je pense que c'est quelque chose que nous allons continuer à contester et nous n'allons pas nous arrêter tant que tous les Québécois… n'auront pas le droit de travailler dans la profession de leur choix.

Fareed Khan est le fondateur de Canadians United Against Hate, qui organise une vigile à Ottawa pour les victimes de Londres. Il a déclaré que le gouvernement Trudeau avait été «un échec lamentable» en s'opposant au projet de loi 21 au nom des musulmans et des autres minorités, et a classé ses efforts dans la lutte contre la montée de la haine en «F».

« Il est de la responsabilité du gouvernement canadien de faire respecter les droits de tous les Canadiens, peu importe où ils vivent dans ce pays », a déclaré Khan.

Trudeau a déclaré que les Québécois pourraient maintenant avoir plus à réfléchir après une pandémie qui a vu tous les Canadiens avoir besoin de porter des masques pour recevoir des services publics, et au cours de laquelle le pays a connu une montée de l'intolérance et de la haine.

Prononçant ses remarques à la Chambre mardi, Singh a déclaré que s'il aime le pays que ses parents ont décidé d'appeler chez lui, ses dures réalités ne peuvent être ignorées.

« Notre Canada est un endroit où 215 petits enfants ont été retrouvés morts dans des tombes anonymes. Notre Canada est un endroit où vous ne pouvez pas marcher dans les rues si vous portez un hijab parce que vous serez tué », a-t-il déclaré.

« La réalité est que notre Canada est un lieu de racisme, de violence, de génocide des peuples autochtones. Et notre Canada est un endroit où les musulmans ne sont pas en sécurité.

Le Premier ministre s'est engagé à continuer de financer des initiatives telles que le programme d'infrastructure de sécurité, qui fournit de meilleurs systèmes de sécurité autour des mosquées et autres lieux de culte, ainsi qu'à lutter contre la haine sur Internet et en dehors et à prendre de nouvelles mesures pour démanteler les groupes haineux d'extrême droite comme les garçons fiers.

Ford a condamné la violence de dimanche, transmettant ses condoléances aux Canadiens musulmans dans une déclaration vidéo.

« Nous sommes une communauté soudée et unie derrière la communauté musulmane… nous vous soutenons, nous vous soutenons, nous nous tiendrons au coude à coude parce que cela ne pourra plus jamais se reproduire », a-t-il déclaré.

Mardi, le premier ministre a demandé une exemption aux règles de rassemblement COVID-19 à Londres et a approuvé une modification de la réglementation à Queen's Park pour un rassemblement en plein air de plus de 10 personnes afin de permettre la tenue d'une veillée prévue.

Les cinq chefs de partis fédéraux ont assisté à la veillée, qui s'est tenue à la mosquée familiale de la région de Londres.

Inauguration d'un nouveau gymnase en l'honneur de la famille Afzaal

4 juin 2022 | London, ON Près d'un an après...

laisse ton commentaire