Les mots comptent - Le Canada doit aller au-delà du langage qui divise

Les mots comptent - Le Canada doit aller au-delà du langage qui divise

Alors que nos cœurs étaient endoloris par les horribles attentats terroristes en France, nous nous sommes tournés vers les dirigeants de notre pays pour les condamner et livrer notre voix unie de soutien à la lutte contre le terrorisme et nos plus sincères condoléances à la France. Erin O'Toole, chef de l'opposition officielle du Canada, n'a pas réussi à le faire et a signalé le retour d'un langage de division qui perpétuait les préjugés contre les musulmans et leur religion. O'Toole a qualifié la récente attaque terroriste en France de «une autre attaque islamiste" et "Terrorisme islamiste», Ce qui a suscité de la frustration et de l’appréhension chez les musulmans canadiens. Les dirigeants ont donné la priorité et il n'était donc pas surprenant de voir Michael Chong, le critique conservateur de l'ombre pour les affaires étrangères, tweeter par la suite son soutien à la lutte contre "terrorisme islamiste radical», Imitant le langage diviseur d'O'Toole. L'utilisation d'un tel langage sifflant de chien est un discours politique incendiaire qui gagne des points auprès des partisans extrémistes et établit une division supplémentaire dans la communauté. Ce récit ne peut apporter qu'un gain politique à court terme au prix élevé de la polarisation, de la marginalisation ou même des actes de violence contre les membres de la communauté musulmane.

En 2008, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a publié un rapport important intitulé 'Les mots font des mondes - Terrorisme et langage». Le rapport met en lumière les impacts négatifs subis par une communauté à travers l'utilisation d'un langage incendiaire et déformé. Des termes tels que «terrorisme islamique», «terrorisme islamiste», «djihadisme» et «islamofascisme» sont tous des exemples d'une telle terminologie. La GRC a indiqué qu'un tel langage confond dangereusement le terrorisme avec l'islam traditionnel, faisant ainsi de tous les musulmans des terroristes ou des terroristes potentiels et nuisant à la cohésion sociale. En 2010, le gouvernement australien a publié un guide sur le langage lié au terrorisme et a demandé à ses représentants de «dissocier le terrorisme de toute communauté religieuse, nationale ou culturelle dans son ensemble», afin que les deux ne soient pas considérés comme synonymes. En 2011, les États-Unis et le Royaume-Uni tous deux se sont éloignés des variations linguistiques de l'islam et du musulman et ont opté pour l'utilisation de références à Daech et Al Qaida et leurs affiliés.

Le langage d'O'Toole fait écho à l'ancien premier ministre La marque de conservatisme qui divise Stephen Harper comme illustré en 2011, lorsque Harper a déclaré que pour le Canada «la principale menace reste l'islamisme»Provoquant la condamnation des groupes musulmans au Canada. Pour un parti politique qui se targue de la loi et de l'ordre, Harper, et maintenant O'Toole, ont systématiquement ignoré les recommandations des services de police, de sécurité et de renseignement contre l'utilisation d'un langage diviseur et potentiellement dangereux qui favorise les attitudes négatives, la discrimination, le harcèlement physique et diffamation des musulmans.

Lorsque les dirigeants définissent un acte de violence par association de la religion d'un auteur, ils criminalisent directement tous les adeptes de cette religion devant le tribunal de l'opinion publique et perpétuent cette perception au sein de leur base d'adeptes. Si O'Toole est un étudiant en histoire, il cesserait de jouer sur la politique identitaire et de favoriser un récit «nous contre eux». L'histoire nous montre clairement que les Canadiens ne défendront pas une politique aussi mesquine. Cela peut être vu dans la disparition de Harper peu de temps après avoir embrassé le sensationnalisme et la peur de la politique. Les Canadiens rejettent les dirigeants qui adhèrent à de tels récits et rejettent l'étiquetage des musulmans comme «l'autre» - des membres marginaux et indésirables de la société plutôt que comme l'un de ses principaux éléments constitutifs. O'Toole doit reconnaître qu'il y a actuellement plus d'un million de musulmans au Canada. Aujourd'hui, plus que jamais, la base de membres conservateurs est composée de milliers de musulmans canadiens. Ne vous attendez pas à ce qu’ils ferment les yeux sur les pratiques politiques qui divisent.

Le gouvernement canadien a fait son premier pas en adoptant la Mouvement M103 en 2017, qui appelait à une approche pangouvernementale pour réduire ou éliminer le racisme systémique et la discrimination religieuse, y compris l'islamophobie. Malheureusement, peu de temps après, le gouvernement a publié son rapport de 2018 sur la sécurité publique sur la menace terroriste au Canada avec un langage associant l'extrémisme aux communautés musulmanes et sikhs. Heureusement, il a finalement été mis à jour en "éliminer la terminologie qui attaque involontairement une religion entière». Le ministre de la Sécurité publique de l'époque, Ralph Goodale annoncé qu'un examen du langage utilisé pour décrire l'extrémisme est en cours, mais à ce jour aucun guide ou directive n'a été publié.

En 2019, le gouvernement canadien a annoncé la Secrétariat anti-racisme et son stratégie mener une approche pangouvernementale pour lutter contre le racisme. Le Canada a clairement exprimé sa position sur la politique de division par le biais de ces initiatives. Le moment est venu pour les Canadiens de se responsabiliser face à ces initiatives. O'Toole ou Chong ne devraient pas trouver une place parmi les dirigeants du gouvernement canadien pour l'utilisation de stratégies politiques qui divisent. Il est temps que le gouvernement, en consultation avec les groupes communautaires, élabore et mette en œuvre une directive pour éliminer le langage préjugé qui aliène les communautés une fois pour toutes.

Memona Hossain siège au conseil d'administration de l'Association musulmane du Canada et de la Fondation Q-Ed pour l'éducation et le développement. Elle termine son doctorat en écopsychologie. Memona s'exprime régulièrement sur l'islamophobie, la réconciliation autochtone et l'environnement.

Cliquez sur ici pour lire l'article original

La salle de sport «Our London Family» dévoilée samedi

4 juin 2022 | London, ON Près d'un an après...

Le ramadan, un mois de solidarité à Cartierville

2 mai 2022 | Montréal - Les musulmans célèbres aujourd'hui...

laisse ton commentaire