L'Association musulmane du Canada lancera des programmes numériques pour lutter contre l'islamophobie

En réponse à la récente augmenter de crimes haineux contre la communauté musulmane, l'Ontario a annoncé qu'elle investir $300 000 dans des programmes éducatifs visant à aborder les questions d'islamophobie. Stephen Lecce, le ministre de l'Éducation de l'Ontario, allouera $225 000 à l'Association musulmane du Canada (MAC) et $75 000 au Conseil national des musulmans canadiens (NCCM). 

Afin de lutter contre ces problèmes, MAC utilisera la subvention pour créer des ressources numériques qui éduqueront les élèves et les parents sur les préjugés envers les musulmans au Canada. Pendant ce temps, le NCCM se concentrera sur le service aux nouveaux arrivants musulmans et aux nouveaux élèves fréquentant les écoles de l'Ontario.

Touchant plus de 150 000 Canadiens à travers le pays, MAC met l'accent sur l'éducation et la mobilisation communautaire comme méthode principale pour aider les musulmans à s'épanouir en tant que membres du grand public. En engageant un dialogue avec les communautés interconfessionnelles et divers groupes, MAC prépare la mise en œuvre d'outils numériques pour les mois à venir. Ces outils seront mis à la disposition non seulement des étudiants, mais également de tout membre du grand public.

Dans une interview avec Le moyen, Memona Hossain, directrice à MAC et cadre supérieur au conseil national de l'association, discute de l'importance de cette subvention, ainsi que des plans potentiels de l'organisation pour s'attaquer à ces problèmes. Elle mentionne que la transition vers l'éducation en ligne tant pour les étudiants que pour les enseignants a permis à l'organisme de se lancer dans ce projet de développement de plateformes numériques pour la communauté.

« En termes de ce qui est fait et de la direction que prend ce projet, il se veut une ressource très facile d'accès, pratique [et] concise pour les éducateurs, les dirigeants communautaires et toute personne désireuse de lutter contre l'islamophobie dans le domaine de l'éducation. »

Le projet consistera en des cours en ligne ouverts et massifs, également appelés MOOC, qui seront accessibles au public. Jusqu'à présent, MAC a développé des ateliers, des vidéos et des infographies pour fournir aux éducateurs un contenu engageant pour les étudiants et la communauté. Prévus pour être lancés dans les prochains mois, les cours seront axés sur le démantèlement de l'islamophobie au sein des établissements d'enseignement. MAC prévoit d'offrir ces instruments via une plate-forme facilement accessible pour les particuliers, non limités aux étudiants, à télécharger et à regarder facilement. 

L'un des principaux objectifs de l'organisation est de fournir à tout individu les connaissances et la sensibilisation nécessaires pour soutenir les musulmans dans leur sphère, que ce soit dans une salle de classe ou dans une communauté scolaire. De plus, l'inscription sera facilitée pour ceux qui ont des difficultés avec la technologie. 

À travers une « optique antiraciste et de diversité », l'organisation utilisera ces ressources pour sensibiliser à l'islamophobie et à la discrimination. Hossain déclare que ces outils intégreront « des objectifs liés aux résultats d'apprentissage conformément aux lignes directrices du curriculum de l'Ontario ». 

Les personnes peuvent s'attendre à ce que ces cours correspondent aux objectifs du programme d'études de l'Ontario pour les niveaux junior et senior. « Avec cette subvention, ce que nous avons pu faire, c'est rationaliser [ce travail] et l'adapter spécifiquement aux besoins du ministère de l'Éducation. » 

Un élément important qui a poussé MAC à développer ces cours était la demande de soutenir les musulmans par tous les moyens nécessaires en ces temps difficiles. Cela comprend la connexion avec le gouvernement provincial pour établir des protocoles d'ouverture de lieux de culte à travers le pays pendant les restrictions de Covid-19. 

« Ces ressources et cette [capacité] de développer des MOOC nous donnent la possibilité de répondre à différentes données démographiques [et] cela nous donne la possibilité de le faire à travers le pays et dans d'autres espaces. Nous rêvons toujours grand et voulons faire plus en nous connectant aux besoins de la communauté partout où c'est possible.

Hossain déclare qu'un aspect important de ce projet est également d'accepter les commentaires des parties prenantes, des éducateurs et des étudiants afin de maximiser ce qui est livré à la communauté et de s'assurer que l'information est bénéfique. 

« La plus grande chose pour surmonter [l'islamophobie] est de comprendre ce qu'est le récit authentique des musulmans en se connectant avec eux. » Hossain souligne que le penchant pour l'apprentissage est une première étape essentielle pour soutenir les musulmans.

En reconnaissant les transgressions que l'islamophobie impose à la communauté musulmane, le gouvernement canadien commence à prendre des mesures pour faire face aux réalités auxquelles sont confrontés de nombreux musulmans. 

N'importe qui, y compris les étudiants et les professeurs de l'Université de Toronto Mississauga, peut accéder à ces ressources pour en savoir plus sur les musulmans et sur la façon de lutter contre l'islamophobie. Ces outils étant mis à la disposition de tout membre du public, les personnes à l'université peuvent utiliser ce qui est appris pour aider à faire du campus une communauté plus sûre.  

Le ramadan, un mois de solidarité à Cartierville

2 mai 2022 | Montréal - Les musulmans célèbres aujourd'hui...

Musulmans et chrétiens prieront ensemble à l'église unie McDougall d'Edmonton

15 avril 2022 | Edmonton - Église historique du centre-ville accueillant...

laisse ton commentaire