Masjid Toronto : un lieu d'amour, de foi et d'espoir

Par Farhad Khadim

C'est une histoire de la façon dont les gens de foi ont refusé d'être victimisés par la terreur. Il en est résulté la création de la Masjid (mosquée) du centre-ville de Toronto, qui a transformé le coin de Dundas et Chestnut en un lieu de prière et de spiritualité pour des milliers de Canadiens chaque semaine.

J'ai immigré au Canada en août 1990 et j'ai commencé à travailler au centre-ville en 1991. Je me suis vite rendu compte que les fidèles musulmans du centre-ville de Toronto avaient du mal à trouver un endroit communautaire permanent pour offrir des prières; Les prières du vendredi se sont avérées particulièrement difficiles car il incombe aux hommes musulmans d'accomplir les prières en congrégation.

L'endroit le plus proche pour les prières du vendredi était une petite pièce de l'Université Ryerson, à Oakham House. Il pouvait à peine accueillir plus de 40 fidèles, et devint vite surpeuplé. L'administration a rapidement demandé que les non-étudiants n'assistent pas aux prières.

Pendant près d'une décennie, ceux qui travaillaient au centre-ville ont eu du mal à trouver un endroit où prier. Je suis devenu l'une des nombreuses personnes chargées d'organiser et parfois de prononcer des sermons à ceux qui souhaitaient prier ensemble au centre-ville de Toronto.

Cependant, trouver un endroit pour prier reste un défi. Nous avons commencé à louer des étages vides dans des immeubles de bureaux de grande hauteur pendant une heure le vendredi ; les espaces dans lesquels nous nous sommes rassemblés comprenaient le 393, avenue University, le 277, rue Victoria et, pendant une courte période, même les locaux du Ballet national du Canada sur la rue King Ouest.

L'immeuble de bureaux à Gerrard and Bay St., "Lu Cliff Place" est apparu comme un endroit plus stable à partir duquel louer divers espaces au sol pour les prières du vendredi sur une base continue. Finalement, nous avons obtenu un espace au rez-de-chaussée du bâtiment qui s'est avéré un espace idéal pour accueillir les courtes heures de prière du vendredi, car nous n'avons pas eu à faire face aux tracas des ascenseurs et des fidèles se précipitant pour retourner au travail.

Puis le 11 septembre est arrivé.

Le gérant de l'immeuble m'a appelé et m'a dit que les propriétaires ne voulaient plus que nous priions là-bas. À la suite de ces événements horribles, nous-mêmes sommes soudainement devenus des victimes, parce que les pirates de l'air ont revendiqué notre foi comme la leur.

C'est cet immense défi qui a réuni notre congrégation et a renforcé notre détermination à avoir un endroit que nous pourrions appeler le nôtre – un endroit qui offrirait un sanctuaire aux musulmans qui travaillaient et vivaient au centre-ville de Toronto.

Nous avons formé un petit comité et élaboré un plan, traçant un quadrant dans lequel la mosquée souhaitée pourrait être accessible à ceux qui travaillent dans le centre-ville. Nous savions que le financement serait un défi, car c'était l'un des quartiers les plus chers de la ville.

C'est par pure chance que nous avons appris que les propriétaires de l'immeuble de la Banque TD au 168, rue Dundas Ouest avaient l'intention de mettre la propriété sur le marché. En vertu de la détermination et du travail acharné, nous avons convaincu les propriétaires de vendre la propriété pour l'usage d'une mosquée avec des conditions de paiement qui seraient gérables.

La propriété se trouvait sur deux parcelles de terrain, l'une appartenant au vendeur, l'autre louée. Nous aurions à lever plus de $1,1 million pour acheter la propriété avec une parcelle de terrain ; et continuer à payer le loyer de l'autre jusqu'à ce que le propriétaire soit prêt à vendre.

C'est au mois de Ramadan en 2002 que nous nous sommes rendus dans l'une des mosquées de l'est de Toronto afin de faire connaître notre projet et de récolter des fonds. Cette nuit-là, par la grâce de Dieu, un athlète professionnel était dans la congrégation à qui nous présentions nos demandes de fonds. Il a fait une offre incroyable – il donnerait la moitié du montant – un demi-million de dollars, si nous pouvions réunir le reste.

C'était la poussée dont nous avions besoin et le reste appartient à l'histoire.

Nous avons acheté la propriété et créé la mosquée en 2002. Nous avons levé les fonds nécessaires en peu de temps et payé la propriété ; et nous avons pu conclure un accord avec les propriétaires du terrain loué, l'achetant pour un peu plus de $1 million quelques années plus tard.

Aujourd'hui, Masjid Toronto est un lieu de prière et un centre de spiritualité pour des milliers de musulmans qui travaillent et vivent au centre-ville de Toronto. Des prières quotidiennes sont organisées; des iftars communautaires sont organisés ; des programmes pour les jeunes sont offerts; et le vendredi, trois prières ont lieu pour plusieurs milliers de fidèles. Le plus grand trésor de tous est d'avoir un lieu de prière sans craindre que la semaine prochaine nous ne trouvions pas de place.

C'est par la foi et la confiance en Dieu que nous avons pu surmonter la peur et la méfiance pour établir un lieu d'amour, de foi et d'espérance.

[Farhad Khadim, membre fondateur de Masjid Toronto et l'un des fondateurs de la Institut islamique de Toronto; Publié à l'origine le 16 novembre 2016 dans Convivium].

Inauguration d'un nouveau gymnase en l'honneur de la famille Afzaal

4 juin 2022 | London, ON Près d'un an après...

laisse ton commentaire