« Combien de morts doivent-ils se produire ? » : le Canada a un problème troublant de haine anti-musulmane

L'été dernier, le personnel d'une mosquée de Toronto ramassé des morceaux de verre après que leurs fenêtres ont été brisées pour la deuxième fois en quelques jours. Quelques mois après, un homme de 58 ans a été poignardé et tué devant une mosquée voisine, mais différente. Un mois après, une troisième mosquée reçoit des menaces que sa congrégation sera la cible d'une fusillade de masse.

C'est le traitement auquel sont confrontés les lieux de culte islamiques à Toronto. Une image similaire, parfois pire, peut être peinte dans les villes du Canada, un pays qui se targue et profite profondément de son multiculturalisme et de sa diversité.

Ces incidents, parmi d'autres, ont été les précurseurs d'une attaque de véhicule à London, en Ontario. cette tué quatre membres d'une famille musulmane, et a laissé un enfant se battre pour sa vie - une attaque selon la police était un acte de haine.

Nathaniel Veltman, 20 ans, fait face à quatre chefs de meurtre au premier degré, un chef de tentative de meurtre et des accusations de terrorisme en lien avec l'attaque. La police a déclaré qu'elle pensait que Veltman ne connaissait pas la famille, mais les a ciblés avec son véhicule en raison de leur foi musulmane.

LA HAINE ANTI-MUSULMAN PROFONDÉMENT ENRACINÉE AU CANADA

Rania Lawendy, directrice nationale de l'Association musulmane du Canada, l'organisation à l'origine d'une mosquée de Toronto qui a été vandalisée à six reprises au cours de la pandémie de COVID-19, a déclaré que l'attaque de Londres, bien qu'horrible, n'était pas une surprise totale.

Elle a déclaré que la haine anti-musulmane et l'islamophobie n'ont pas augmenté du jour au lendemain au Canada, mais que la négligence et l'escalade délibérée du problème par les dirigeants en ont fait une partie profondément ancrée du tissu culturel et politique du pays.

"Cet homme à Londres, il a choisi un groupe de musulmans au hasard. Il n'avait aucun lien avec ces personnes et a simplement décidé de courir sur trois générations à la fois. Ce n'est pas isolé. Cela ne se produit pas dans le vide », a déclaré Lawendy. "Qu'est-ce qui ferait qu'un jeune de 20 ans ait autant de haine en lui qu'il gâcherait le reste de sa vie pour tuer ces gens?"

"Combien de morts doivent-ils se produire avant que nous nous réveillions?"

Yumnah Salman, 15 ans, sa mère Madiha Salman, 44 ans, son père Salman Afzaal, 46 ans, et sa grand-mère Talat Afzaal, 74 ans, ont été tués le 6 juin lorsqu'ils ont été heurtés par le véhicule alors qu'ils se promenaient dans leur quartier. Le frère de Yumnah, Fayez Afzaal, était vient tout juste de sortir de l'hôpital.

Lawendy a déclaré que la plupart des musulmans ont subi une forme de haine en Ontario. Elle a dit que des gens lui avaient dit de « rentrer chez elle » et que son hijab avait été arraché par des islamophobes. Elle a dit avoir entendu d'innombrables histoires similaires à la sienne de la part d'autres musulmans, en particulier de femmes de la communauté qui sont plus souvent ciblées en raison de leur hijab.

"Il n'y a pas d'arrière-pensées autres que le fait qu'ils soient musulmans", a-t-elle déclaré. "Ce sont nos dirigeants politiques qui sont responsables de permettre à cette polarisation de se produire, et les années de discours public ont créé cette haine anti-musulmane."

« Nous disons qu'assez, c'est assez et quiconque essaie de minimiser cela devrait vraiment avoir honte, car cela se manifeste par la mort de Canadiens.

Peu de temps après l'attentat de Londres, le chef du NPD, Jagmeet Singh, a prononcé un discours à la Chambre des communes, affirmant qu'il est faux de dire que la haine anti-musulmane ne fait pas partie du Canada. 

"La réalité est que c'est notre Canada... Notre Canada est un endroit où vous ne pouvez pas marcher dans les rues si vous portez un hijab parce que vous serez tué", a-t-il déclaré.

« Nous ne pouvons pas le nier. Nous ne pouvons pas rejeter cela parce que cela n'aide personne. La réalité est que notre Canada est un lieu de racisme, de violence, de génocide des peuples autochtones. Et notre Canada est un endroit où les musulmans ne sont pas en sécurité.

LA COMMUNAUTÉ MUSULMANE RESTE SUR LE POINT, DEMANDE PLUS

La communauté musulmane est sur les nerfs depuis l'attentat de Londres. Lors de veillées à travers la province, s'appuyant les unes sur les autres et sur des personnes extérieures à leur communauté, qui se sont montrées solidaires avec elles, elles ont partagé leur chagrin et leur inquiétude.

Cependant, cela n'a pas aidé depuis l'incident de Londres, une femme musulmane a été agressée à Edmonton et deux personnes auraient tenté de briser dans une mosquée de Scarborough, menaçant les membres ce faisant.

Certains experts disent que l'islamophobie et le sentiment antimusulman sont devenus presque la norme au Canada, et que la violence, la haine et l'ignorance volontaire envers les musulmans sont souvent négligées, excusées et acceptées tant sur le plan social que politique.

La communauté musulmane et ses partisans appellent les politiciens à adopter une position plus ferme sur l'islamophobie ouverte et cachée, affirmant que les projets de loi et les politiques ciblant les croyants doivent être arrêtés de toute urgence car ils alimentent la haine et la peur.

"Il n'y a pas de conséquences, ou pas de conséquences significatives, pour exprimer de la haine envers différents groupes de personnes, y compris les musulmans", a déclaré Evan Balgord, directeur exécutif du Canadian Anti-Hate Network. "Ainsi, les gens se sentent plus libres d'exprimer leurs discriminations, leurs préjugés et leur haine."

Balgord a déclaré qu'un autre exemple de la haine anti-musulmane qui n'est pas prise au sérieux au Canada est la façon dont les membres du Parlement fédéral ont répondu à la motion non contraignante M-103, qui, entre autres, appelait la Chambre des communes à condamner l'islamophobie. En mars 2017, 91 députés ont voté contre la motion, y compris la majorité du caucus conservateur - et Erin O'Toole, qui est maintenant la chef du parti - invoquant des problèmes de liberté d'expression. Les députés ont adopté la motion par une marge de 201-91.

"Cela envoie vraiment le message que ce n'est pas important, que ce n'est pas significatif. Que c'est juste un fait de la vie avec lequel les gens des communautés ciblées par la haine doivent vivre », a déclaré Balgord.

En plus de prendre des mesures contre l'islamophobie, Balgord a déclaré que les politiciens eux-mêmes alimentent souvent la haine envers les musulmans en mettant en œuvre des politiques discriminatoires et en exprimant des perceptions biaisées de la communauté. Il a déclaré que les dirigeants qui ne s'opposent pas à de telles politiques et discours ajoutent également au feu.

Les défenseurs demandent spécifiquement au gouvernement fédéral d'arrêter le projet de loi controversé 21, affirmant qu'il envoie un message à travers le pays selon lequel la discrimination contre certains groupes de personnes est acceptable. Le projet de loi, décédé au Québec en juin 2019, interdit à tout employé de l'État, y compris les juges, les policiers ou les enseignants, de porter des symboles religieux au travail.

Il a déclaré que la haine à Toronto et ailleurs au Canada est également alimentée par des représentations négatives des musulmans dans les médias grand public et du contenu raciste et discriminatoire sur d'autres plateformes en ligne, ainsi que par la prolifération du terrorisme d'extrême droite.

Le gouvernement fédéral a promis de présenter une nouvelle législation lutter contre la haine en ligne, mais Balgord dit qu'il doit être introduit immédiatement car il n'y a pas de temps à perdre.

« La haine ne vient pas de nulle part. Quelqu'un a rempli ces divers terroristes ou personnes qui commettent des crimes de haine, quelqu'un a rempli leur tête de justification pour faire ces choses horribles », a-t-il déclaré. "Nous estimons qu'ils doivent être tenus pour responsables, tout comme l'auteur réel doit être tenu pour responsable."

Au lendemain de l'attaque de Christchurch, qui a entraîné la mort de 51 musulmans dans deux mosquées de Nouvelle-Zélande, le pays créé une commission royale pour examiner les médias et le contenu consommés par le terroriste. La même chose doit être faite ici au Canada avec l'attaque de Londres et d'autres incidents, a déclaré Balgord.

'TRUE TEST' EST CE QUI SE PASSE MAINTENANT

Le PDG du Conseil national des musulmans canadiens, un groupe de défense des libertés civiles, a déclaré que le "véritable test" des gouvernements consiste à voir comment ils réagissent à la suite de l'attentat de Londres. La plupart des dirigeants politiques se sont prononcés contre l'islamophobie après l'attaque, mais la communauté attend des actes et pas seulement des mots.

"Le test des gouvernements, le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux, sera de savoir s'ils vont réellement faire passer les choses rapidement", a déclaré Mustafa Farooq à CTV News la semaine dernière.

« Nous réclamons une stratégie d'action nationale pour démanteler groupes suprématistes blancs. Quatre des 300 actifs au Canada ont été démantelés. C'est une étape importante, mais ce n'est que quatre. Il en reste bien d'autres. »

Lawendy a fait écho au fait qu'une culture islamophobe continue de prospérer dans les films, les récits médiatiques et les espaces en ligne qui déshumanisent les musulmans.

Selon un sondage Angus Reid de 2017, 46 % des Canadiens ont une opinion défavorable de l'islam. Lawendy a souligné que le sentiment négatif et la haine ne sont pas souvent motivés par les expériences quotidiennes des gens avec les musulmans, mais plutôt alimentés par la représentation déshumanisée d'eux dans les médias, le monde en ligne et la scène politique.

Au lendemain de l'attentat de Londres, Canadian Anti-Hate Network posté un article sur leur site sur la réponse en ligne au meurtre. Elle détaille les propos et vidéos racistes, haineux et discriminatoires publiés suite au décès de la famille, alors que le garçon de neuf ans restait hospitalisé.

Lawendy était à la veillée pour la famille à Londres la semaine dernière. Elle a dit que malgré l'incroyable tristesse, il y avait des sentiments d'espoir alors que des gens de tous horizons venaient à la mosquée pour rendre hommage. 

Malgré cet espoir, elle a dit qu'elle ne doutait pas que ce qui s'est passé à Londres puisse se produire à Toronto. Elle a dit que cela commençait par le vandalisme, les fenêtres brisées et les cambriolages.

"J'espère que je n'aurai plus jamais à participer à une veillée comme celle-là. Si vous me demandez, est-ce que je pense que je devrais malheureusement le faire ? Je pense que je devrais peut-être le faire si nous ne prenons pas les mesures nécessaires. Le gouvernement doit prendre cela au sérieux », a-t-elle déclaré.

Tout en félicitant la police de Londres pour son action rapide et sa déclaration claire sur la motivation présumée, elle a déclaré que la police était souvent incapable de reconnaître les crimes de haine et ne gérait pas la violence visant certains groupes avec la sévérité qu'elle mérite.

"Il y a beaucoup de crimes qui se produisent qui sont des crimes de haine et ils ne sont pas qualifiés de crimes de haine", a-t-elle déclaré. "La première chose est de reconnaître ce qu'est un crime de haine, puis de prendre les mesures que la loi leur permet de prendre."

Lorsque la mosquée de Toronto a été vandalisée six fois en trois mois, La police de Toronto a d'abord déclaré aucun des incidents ne devait être considéré comme motivé par la haine. Suite à la pression des avocats et de la communauté musulmane, la force a confirmé que son unité des crimes haineux avait été informée des incidents et « continuait à soutenir les enquêtes selon les besoins ».

Lawendy a déclaré que son message à ses compatriotes musulmans était « de garder la tête haute, de porter votre hijab avec fierté. Nous ne sommes pas une communauté faible. Nous sommes une communauté forte. Nous avons une foi très forte en Dieu. 

La salle de sport «Our London Family» dévoilée samedi

4 juin 2022 | London, ON Près d'un an après...

Le ramadan, un mois de solidarité à Cartierville

2 mai 2022 | Montréal - Les musulmans célèbres aujourd'hui...

laisse ton commentaire