« Beaucoup pour les enfants » : un groupe musulman dit qu'il faut des actions plutôt que des pensées et des prières

Rania Lawendy dit que les camarades de classe d'un adolescent musulman qui a été délibérément frappé et tué à London, en Ontario, n'ont pas pu s'arrêter de pleurer.

La membre du conseil de l'Association musulmane du Canada dit qu'elle est allée consoler les élèves de l'école islamique de Londres après que leur camarade de 15 ans, Yumna, a été tuée avec trois membres de sa famille dimanche alors qu'ils se promenaient dans le nord-ouest. de la ville.

Lawendy, dont les filles étaient également amies avec Yumna, dit qu'un garçon de neuf ans qui a survécu mais a été grièvement blessé, a été dévasté lorsqu'il a appris l'existence de sa famille alors qu'il était aux soins intensifs de l'hôpital hier.

«Cela cause une grave anxiété, en particulier chez les enfants musulmans», a déclaré Lawendy, qui est également directeur de l'école MAC Maple Grove à Kitchener, en Ontario, et directeur de MAC Youth Juniors.

« Ces attaques brutales de violence les empêchent de dormir la nuit. Ils ont peur de marcher la nuit. Ils n'ont pas pu s'arrêter de pleurer parce qu'ils ne font pas que pleurer leur ami, mais (ils sont) aussi inquiets pour eux-mêmes.

Lawendy a déclaré qu'elle avait parlé avec des étudiants de l'attaque et leur avait donné des conseils. La police a déclaré que l'homme au volant du camion avait ciblé la famille en raison de sa foi.

« Lorsque vous êtes victime de haine… cela ajoute une autre couche de complexité que la personne moyenne ne peut pas comprendre. Et puis devoir expliquer cela à vos enfants, et pour eux, ils doivent en quelque sorte déconstruire cela… c'est beaucoup à faire pour nos enfants.

Les pensées et les prières des politiciens ne suffisent pas, a déclaré Lawendy.

"Les musulmans tendent la main aux élus et aux autorités de sécurité depuis des années et il est clair qu'on n'en fait pas assez", a-t-elle déclaré. "Je sais que vos pensées et vos prières sont avec nous et j'apprécie cela, mais j'ai besoin de plus de vous en tant que politicien."

Lawendy a déclaré que la communauté demandait au gouvernement depuis des années de suivre plus en détail les crimes de haine et de lutter contre les dangers de la suprématie blanche, mais peu a été fait.

"Si j'entendais une fois de plus l'expression 'la haine n'a pas sa place au Canada', je pensais que j'allais traquer les politiciens (et) avoir plus que des mots", a ajouté Barbara Perry, professeure de criminologie et de justice à l'Université. de l'Institut de technologie de l'Ontario à Oshawa.

"C'est tellement frustrant parce que nous entendons cela encore et encore. De toute évidence, il a sa place dans notre pays. Ça continue d'arriver.

La preuve est dans les chiffres.

« De 2016 à 2017, dans l'ensemble, nous avons constaté une augmentation de 47 % des crimes haineux déclarés par la police. Spécifique à la communauté musulmane, il s'agissait d'une augmentation de 150 %. C'est juste un bond incroyable », a déclaré Perry, qui est également directeur du Centre sur la haine, les préjugés et l'extrémisme de l'université.

Un rapport de Statistique Canada indique que les crimes haineux contre les musulmans sont passés à 349 cas en 2017, contre 139 enregistrés en 2016. Cependant, l'agence affirme qu'environ les deux tiers des crimes haineux à travers le pays ne sont pas signalés.

Perry a déclaré que malgré le nombre croissant d'attaques contre les musulmans, le gouvernement fédéral n'a rien fait ou presque depuis le pic record.

Elle a évoqué une fusillade dans une mosquée de Québec en 2017. Six personnes ont été tuées et huit blessées au cours d'une nuit de prière, mais aucun changement n'a été apporté à la façon dont le gouvernement applique les lois sur les crimes haineux et le terrorisme.

Elle dit qu'avec la collecte de données et plus de financement pour les groupes musulmans, le gouvernement doit appliquer la législation existante de manière efficace et efficiente.

"Certains réclament une législation autonome sur les crimes haineux", a-t-elle déclaré. «Ce que nous avons … (sont) des infractions jugées motivées par la haine ou les préjugés, le juge peut augmenter la peine en fonction de la gravité de l'incident. C'est rarement invoqué.

Lawendy convient qu'une législation plus stricte doit être appliquée parce que c'est ce que les enfants musulmans et la communauté méritent.

C'est pourquoi elle rappelle aux jeunes qui se sentent en colère ou frustrés par la mort de Yumna de canaliser cette énergie en action.

"Je leur dis (nous devrions) utiliser cette colère pour parler à nos politiciens et pour pétitionner nos députés", a-t-elle déclaré.

« Le Canada est toujours fier de défendre la justice et les droits humains de tous. Et donc (le crime haineux) est un énorme problème pour tous les Canadiens.

Inauguration d'un nouveau gymnase en l'honneur de la famille Afzaal

4 juin 2022 | London, ON Près d'un an après...

laisse ton commentaire