Pourquoi l'Aïd de cette année est "très difficile émotionnellement" pour les musulmans canadiens

TORONTO — Nur Watad et sa famille palestinienne aiment normalement célébrer la fin du Ramadan, mais cette année, cela « ne ressemble pas du tout à l'Aïd ».

« D'habitude, avant l'Aïd, j'étais tellement excitée – préparer ce que je porterais, faire des biscuits de l'Aïd avec ma mère. Nous ferions tellement de choses », a déclaré le London, Ont. femme a déclaré à CTVNews.ca dans une entrevue conjointe avec sa sœur cadette.

L'Aïd al-Fitr est l'un des jours les plus saints de l'année pour les musulmans, marquant la fin d'un mois de jeûne, de réflexion et de charité. Les gens se rassemblent généralement pour d'énormes dîners chez eux, les mosquées sont remplies à ras bord et les cadeaux sont échangés en personne.

Mais pour la deuxième année consécutive, les musulmans n'ont pu faire aucune de ces choses à cause des restrictions liées au COVID-19.

En plus de cela, de nombreux musulmans ont le cœur brisé par la croissance nombre de morts de l'escalade du conflit dans les territoires palestiniens et en Israël, qui, selon beaucoup, fait écho aux destructions et aux pertes en vies humaines observées pendant la guerre de 50 jours en 2014.

Watad et sa sœur, Aden, sont nées et ont grandi à Jérusalem avant de venir au Canada il y a huit ans et toutes les deux ont toujours de la famille près de la frontière entre Gaza et Israël.

« Il a été vraiment difficile d'équilibrer les célébrations [de l'Aïd] parce que nous ne sommes pas en mesure de célébrer lorsque nos frères et sœurs palestiniens craignent littéralement pour leur vie », a déclaré Aden.

Cet Aïd, ils rejoindront le nombre croissant de personnes porter des keffiehs — des foulards couramment portés par les Palestiniens — afin de montrer leur solidarité.

"Nous ne faisons que commémorer ce qui se passe en ce moment", a déclaré Watad. "C'est très, très décevant de voir que cela se produit réellement dans notre pays et que nous ne pouvons pas faire grand-chose à ce sujet ici au Canada."

Cet Aïd et pendant le Ramadan, des dons à diverses campagnes de financement, y compris celles destinées aux familles de Gaza ou alors Syrie, ont été exhortés dans la communauté, ainsi que parmi les non-musulmans. D'autres plaident également pour une action au-delà de cela.

Sabrine Azraq, la fondatrice de Buycott Palestine – qui appelle les gens à soutenir et à collaborer avec les entreprises et les organisations palestiniennes – a déclaré que de nombreux Palestiniens ont un « sentiment très doux-amer » chaque Ramadan et Eid, comme dans années passéesviolences dans la région possède été commun.

Alors, cette année, en solidarité avec les familles face à des expulsions forcées de chez eux dans le quartier majoritairement palestinien de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, Azraq et ses partisans affichent de faux avis d'expulsion dans les espaces publics et les fenêtres, et sur les portes des gens dans la région du Grand Toronto, Niagara, la région de Halton et dans d'autres villes, comme Edmonton et New York.

« Le but est vraiment d'évoquer une sorte d'émotion… afin que [le grand public] puisse d'une manière ou d'une autre essayer de se mettre à la place de ces Palestiniens », a déclaré Azraq à CTVNews.ca dans une interview téléphonique, ajoutant que les avis orientent les gens vers des ressources en ligne pour en savoir plus.

'C'EST UN LUTTE POUR ÊTRE HONNÊTE'

D'autres à travers le pays ont déclaré qu'ils faisaient toujours un effort pour célébrer l'Aïd jeudi, car il est également important d'avoir au moins un bref moment de réconfort, en particulier pour les jeunes enfants.

« Cela va être très difficile émotionnellement », a déclaré Noor Al-Henedy, porte-parole de la mosquée Al Rashid à Edmonton, qualifiant la situation en Israël et dans les territoires palestiniens de « très proche de nos cœurs ».

«Notre foi nous dit toujours de garder la ferme conviction que tout est sous la volonté de Dieu», a-t-elle déclaré à CTVNews.ca lors d'une entrevue téléphonique. "Donc, sur le terrain, nous allons essayer de faire en sorte que cela fonctionne le mieux possible."

Les fidèles de sa mosquée distribuent des sacs-cadeaux et des ballons aux enfants des familles qui arrivent à la mosquée dans leurs voitures. Cela fait suite à une collecte de jouets distincte à la mosquée organisée plus tôt cette semaine pour les familles dans le besoin.

De nombreuses autres mosquées à travers le pays font de même, comme la Société islamique d'Amérique du Nord au Canada à Mississauga, en Ontario, qui distribuera des sacs-cadeaux, du maïs soufflé et des bonbons aux familles lors de leur événement au volant. Et comme l'année dernière, les organisateurs incitent également les gens à décorer leurs voitures pour l'occasion.

Une grande partie du mois de Ramadan implique des actes de charité, donc tout au long du mois, les musulmans canadiens se sont regroupés pour distribuer des repas aux familles et aux refuges dans le besoin. Al-Henedy et les autres fidèles de la mosquée d'Edmonton ont distribué à eux seuls 10 000 repas.

"Nous avons juste espoir", a déclaré Al-Henedy. «Nous gardons tout le monde dans nos prières – que ce soit nos familles ici, qu'il s'agisse de personnes qui luttent dans les hôpitaux, de personnes décédées de COVID ou de personnes qui sont dans cette situation en ce moment à l'étranger.»

Normalement, sa mosquée d'Edmonton s'attendrait à ce que jusqu'à 16 000 personnes se présentent pour les prières de l'Aïd. Mais ce n'était pas le cas pour la deuxième année consécutive, car les restrictions albertaines n'autorisent que 15 personnes dans les lieux de culte.

"C'est un combat, pour être honnête", a-t-elle déclaré, espérant que les taux de vaccination augmenteront et que les cas de COVID-19 diminueront suffisamment pour que "les restrictions soient assouplies et que nous puissions nous réunir".

Le Ramadan dernier, la mosquée Madani à Montréal a été fermée, alors l'imam Imran Shariff, qui a dirigé en personne les prières matinales de l'Aïd, a déclaré que cet Aïd était « plus lumineux que l'année dernière ».

Il était reconnaissant qu'au moins certains de ses fidèles aient pu se réunir à l'intérieur. "Nous sommes presque à la fin de la COVID et j'espère que nous n'aurons plus à revenir sur les deux dernières années."

IFTARS VIRTUELS

Il y aura d'innombrables rassemblements en ligne et iftars virtuels – des dîners pour rompre un jeûne d'une journée – alors que les familles musulmanes restent à l'intérieur et se connectent avec leurs proches via Zoom ou Skype.

Le groupe de travail musulman canadien sur la COVID-19 même des directives publiées sur la façon de célébrer l'Aïd en toute sécurité, notant qu'offrir des prières de l'Aïd depuis chez soi est parfaitement acceptable.

L'Association musulmane du Canada (AMC) encourage les gens à assister à leur «Célébration virtuelle de l'Aïd d'un océan à l'autre dans « un effort pour unir la communauté et apporter de la joie aux familles », ont déclaré les organisateurs à CTVNews.ca.

"Nous nous concentrons sur le rassemblement de la communauté de la manière la plus sûre possible", a déclaré le directeur exécutif du groupe, Sharaf Sharafeldin, à CTVNews.ca.

Pendant près d'un demi-siècle, le MAC a aidé à organiser des festivals de l'Aïd dynamiques et en personne à travers le Canada, alors il a déclaré que les célébrations virtuelles sont un moyen de perpétuer cette tradition.

Mustafa Farooq, chef de la direction du groupe de défense des droits de l'homme basé à Ottawa, Conseil national des musulmans canadiens, a déclaré que cet Aïd, de nombreuses personnes voudront se lever et montrer que « nos cœurs sont les uns avec les autres ».

Il a exhorté les musulmans canadiens à réfléchir à leur « esprit de charité » pendant le ramadan, mais aussi tout au long de l'année alors qu'ils organisaient des collectes de nourriture, des collectes d'équipements de protection individuelle et d'autres collectes de fonds pour les personnes.

"Je sais que pour de nombreux membres de la communauté, ce sera un progrès continu et essayer d'améliorer les choses tout en reconnaissant que ce sont des moments difficiles."

Pour lire l'article original, cliquez sur ici

La salle de sport «Our London Family» dévoilée samedi

4 juin 2022 | London, ON Près d'un an après...

laisse ton commentaire