Pour les musulmans canadiens, la deuxième pandémie du Ramadan est une période d'espoir et de tristesse

MONTRÉAL - Bilal Abdul Kader, président et fondateur de la mosquée As-Salam au centre-ville de Montréal, a déclaré que sa mosquée servait des repas pendant le mois sacré du Ramadan depuis 15 ans.

Le repas du soir de l'Iftar, lorsque les musulmans rompent le jeûne quotidien du Ramadan, a offert aux membres de la mosquée une chance de se réunir et de partager de la nourriture avec l'ensemble de la communauté et les personnes dans le besoin, a-t-il déclaré dans une récente interview.

L'Iftar «a un aspect religieux, une dimension sociale et, bien sûr, un sens personnel, car lorsque les musulmans partagent leurs repas avec quelqu'un d'autre, ils obtiennent le double de la récompense du jeûne lui-même», a déclaré Abdul Kader.

Mais cette année, comme l'année précédente, l'Iftar sera un repas à emporter à la mosquée As-Salam en raison de la pandémie de COVID-19.

Le deuxième ramadan de la pandémie commençant probablement mardi, les musulmans canadiens disent qu'ils approchent de la période la plus sacrée de l'année avec un mélange de tristesse et d'espoir.

Le ramadan est normalement un moment de perfectionnement personnel, de rassemblement pour prier et de «partage joyeux» des repas, a déclaré Boufeldja Benabdallah, cofondatrice et porte-parole du Centre culturel islamique de Québec, dans une récente interview.

Normalement, dit-il, les musulmans font des prières supplémentaires qui peuvent durer jusqu'à 23 heures pendant le mois sacré. Cela ne sera probablement pas possible cette année en raison des mesures imposées par le gouvernement visant à contenir la propagation du virus.

Un couvre-feu est en place à Québec, à Montréal et dans plusieurs autres villes de la province, obligeant les résidents à rester à la maison entre 20 h et 5 h. La mesure empêche les musulmans de se trouver à l'intérieur d'une mosquée pour trois des cinq prières quotidiennes.

La prière de groupe est importante pour les musulmans, a déclaré Benabdallah.

«Il est important de prier ensemble, car Dieu nous a dit qu'il nous a créés pour être ensemble.» Ces prières de groupe ne peuvent pas être faites à distance, a-t-il expliqué, ajoutant que les musulmans devront prier par eux-mêmes ou par les personnes avec lesquelles ils vivent.

Certains aspects des cérémonies religieuses peuvent être déplacés en ligne, a-t-il déclaré, ajoutant que certains sermons et discussions religieuses seront menés via la plate-forme Zoom. Son organisation essaie également de trouver des moyens de «faire le bien à distance».

"Ce n'est pas complètement perdu, mais c'est triste", a déclaré Benabdallah. "Nous pouvons découvrir d'autres façons de vivre le Ramadan, mais nous ne pouvons pas partager un verre de lait et un rendez-vous avec quelqu'un d'autre, sauf la famille - c'est punissant, c'est très difficile."

Dans les zones rouges du Québec, comme Montréal et Québec, les lieux de culte ont leur capacité limitée à 25 personnes. Dans d'autres régions du pays, comme l'Ontario et l'Alberta, les lieux de culte sont limités à une capacité de 15 pour cent.

Cela rendra les choses très différentes du Ramadan habituel, selon Memona Hossain, porte-parole de l'Association musulmane du Canada.

«C'est le moment où la mosquée bourdonne, et elle ne bourdonne pas seulement pendant quelques heures, elle bourdonne toute la nuit», a-t-elle déclaré. «Tard dans la nuit, la mosquée est remplie de parents et d'enfants; les gens prient ensemble, mangent ensemble, toutes ces choses, donc ça manque vraiment aux gens.

De nombreux membres de l'association essaient de trouver des moyens «d'aider les gens à rester connectés les uns aux autres en tant que communauté, ainsi qu'à la mosquée, et à ressentir ce lien spirituel pendant le mois de Ramadan», a-t-elle déclaré.

Ces moyens, a-t-elle dit, vont des activités pour les enfants et des événements religieux en ligne, aux dons de nourriture et aux collectes de sang. «La créativité a été phénoménale», a-t-elle déclaré.

À Edmonton et à Calgary, les mosquées diffuseront l'appel à la prière à partir de leurs haut-parleurs une fois par jour pendant le mois sacré.

L'un d'eux est la mosquée Al Rashid à Edmonton. Noor Al-Henedy, directeur des communications et des relations publiques de la mosquée, a déclaré que de nombreuses activités traditionnelles du Ramadan seraient mises en ligne cette année et que, avec un temps plus chaud, certaines personnes prient ensemble à l'extérieur.

Les samedis et dimanches du mois, la mosquée prévoit de livrer des repas à 500 personnes, en particulier les seniors. Elle a dit que c'était un moyen de vérifier les personnes qui pourraient avoir plus de mal à participer à des activités en ligne.

«Ils ont été les plus isolés pendant cette pandémie, étant donné qu'ils sont les plus vulnérables», a-t-elle déclaré.

Mais si beaucoup se concentrent sur le positif, il y a aussi de la frustration.

À Montréal, Abdul Kader a déclaré ne pas comprendre pourquoi le gouvernement du Québec a modifié les restrictions de capacité des lieux de culte à plusieurs reprises au cours des dernières semaines.

À la mi-mars, le gouvernement provincial a déclaré que les lieux de culte seraient autorisés à accueillir 25 personnes, contre 10, avant de changer la limite à 250 personnes. Moins de deux semaines plus tard, ce nombre a été réduit à 25.

Il a dit qu'il ne comprend pas non plus pourquoi la capacité est la même, quelle que soit la taille du bâtiment.

«Nous n'avons pas beaucoup d'autre choix que de prier pour les gens, de prier pour que la vaccination se fasse plus rapidement afin que chaque personne vulnérable reçoive deux doses pour être protégée», a déclaré Abdul Kader.

Pour lire l'article original, cliquez sur ici

La salle de sport «Our London Family» dévoilée samedi

4 juin 2022 | London, ON Près d'un an après...

Le ramadan, un mois de solidarité à Cartierville

2 mai 2022 | Montréal - Les musulmans célèbres aujourd'hui...

laisse ton commentaire