Les musulmans de Montréal obligés de s'adapter à nouveau pour le Ramadan sans rassemblements sociaux

Les étudiants de McGill se concentreront sur la sensibilisation des membres les plus vulnérables pendant le mois le plus sacré de l'Islam.

Doumouh Baltaji a déclaré que le Ramadan, qui commence mardi au coucher du soleil, a pris un nouveau sens au cours des deux dernières années, mais que le message de la fête est resté le même.

«C'est le mois du partage et de la solidarité, et c'est un mois d'excellence», a déclaré Baltaji, coordonnateur des bénévoles pour l'Association musulmane du Canada.

Les musulmans de Montréal obligés de s'adapter à nouveau pour le Ramadan sans rassemblements sociaux

C'est encore un autre ramadan difficile pour les quelque 220 000 musulmans de Montréal. Avec la pandémie qui fait rage dans la province, tout espoir de rassemblements, même de petits rassemblements, a été anéanti par des restrictions visant à empêcher la propagation du COVID-19. C'est la deuxième année consécutive que les musulmans doivent adapter leur célébration. Le ramadan de l'année dernière a commencé à la fin du mois d'avril - au plus fort de la première vague du virus.

«Nous espérions que le Ramadan aurait été une bien meilleure situation cette année», a déclaré Samer Majzoub, président du Forum musulman canadien. «Un autre défi est le couvre-feu parce que la plupart des prières ont lieu le soir après les repas, donc c'est plus tard que le couvre-feu. Nous utilisons principalement Zoom et faisons quelques programmes avec contact virtuel; c'est mieux que zéro contact. »

Nabil Mirza, un porte-parole du groupe communautaire Ahmadiyya Muslim Jama'at à Montréal, a déclaré que le ramadan pendant la pandémie est particulièrement difficile en raison du rôle important que les rassemblements sociaux jouent dans l'islam.

«Dans l'Islam, les rassemblements sociaux sont très importants: vous vous réunissez cinq fois par jour dans une mosquée et vous vous tenez côte à côte», a-t-il déclaré. «Cela signifie que nous sommes tous égaux, que personne n'est meilleur que quiconque. Nous sommes tous dans le même bateau."

Mirza exhorte les musulmans à prendre le temps et à organiser leurs propres rassemblements virtuels afin de garder la communauté connectée.

«Beaucoup de gens se sentent seuls pendant le COVID, donc les rassemblements virtuels sont un moyen de se connecter avec eux et de leur faire sentir qu'ils ne sont pas seuls», a-t-il déclaré.

Puisque les musulmans ne peuvent pas se rassembler, Baltaji a enrôlé un groupe de 20 étudiants de McGill et se concentre sur la sensibilisation des membres les plus vulnérables pendant le mois le plus sacré de l'islam.

«Nous ne pouvons pas célébrer avec nos proches, mais nous pouvons célébrer en offrant de la nourriture, et cela nous permettra de respecter les mesures de distanciation», a déclaré Baltaji. «Le ramadan sans aide et sans partage n'est pas le ramadan. L'idée est d'être proche des personnes qui souffrent.

La première semaine, son groupe offrira une cinquantaine de repas à une banque alimentaire du quartier bordelais de l'arrondissement Ahuntsic-Cartierville. La semaine suivante, ils donneront des repas aux familles monoparentales qui peinent à joindre les deux bouts. Le groupe se promènera également dans les ruelles du centre-ville de Montréal pour offrir de la nourriture aux Montréalais sans-abri.

Pendant le mois sacré, les musulmans ne mangent qu'avant le lever et après le coucher du soleil. Alors que de nombreux musulmans observeront encore la période de jeûne, la rupture du jeûne, qui consiste traditionnellement en de grandes réunions familiales pour les fêtes, se fera principalement par le biais de rassemblements virtuels.

Les mosquées et les centres communautaires sont généralement plus pleins que jamais pendant le Ramadan parce que les gens se rassemblent pour rompre le jeûne ensemble et pour prier après, mais avec des restrictions de 25 personnes dans les lieux de culte, la prière sera également transférée en ligne.

L'étudiante en droit de McGill, Asiyah Siddique, a déclaré que le ramadan signifie pour elle aider la communauté dans son ensemble.Elle pensera donc aux femmes souffrant de violence conjugale et fera des dons à des refuges dans le cadre de ses célébrations du ramadan.

Siddique a déclaré que la partie du Ramadan qui lui manquait le plus pendant la pandémie était sa tradition d'inviter les personnes extérieures à la religion à participer à un Iftar, le repas rompant le jeûne après le coucher du soleil.

«Si ce n'était pas COVID, nous aurions adoré accueillir nos pairs non musulmans», a-t-elle déclaré. «Lorsque j'étais étudiant au cégep, nous avions plus de 200 étudiants; nous avons tous cuisiné la nourriture et rompu le pain ensemble. C'était incroyable, et j'ai vraiment hâte de le faire à l'avenir.

Irfan Tahiri, coprésident de l'Association des étudiants en droit musulman de McGill, a déclaré qu'il y aurait un événement virtuel pour les étudiants en droit musulman à un moment donné au cours du mois. Tahiri a invité les non-musulmans à jeûner ou même à se renseigner sur le Ramadan, affirmant que les gens pourraient être surpris d'apprendre que le jeûne présente des avantages.

Siddique a déclaré que le Ramadan est également un moment pour les non-musulmans d'en apprendre davantage sur la religion et de faire preuve de sensibilité.

«Nous adorons que les gens nous posent des questions sur le Ramadan; il ne fait aucun doute que c'est une mauvaise question », a-t-elle déclaré. «Si vous voulez nous souhaiter un joyeux Ramadan, cela rend notre journée où les gens reconnaissent que nous traversons une période importante de l'année, aussi importante que Noël pour les chrétiens.»

Pour lire l'article original, cliquez sur ici

La salle de sport «Our London Family» dévoilée samedi

4 juin 2022 | London, ON Près d'un an après...

Le ramadan, un mois de solidarité à Cartierville

2 mai 2022 | Montréal - Les musulmans célèbres aujourd'hui...

laisse ton commentaire