Un médecin de Toronto crée un plan pour réduire la stigmatisation de la dépendance dans la communauté musulmane

Une série de séminaires organisés dans les mosquées de la GTA abordent les idées fausses et les questions religieuses

Lorsque Masjid Toronto a accepté pour la première fois d'organiser des séminaires sur la toxicomanie en 2015, les organisateurs n'étaient pas sûrs que quiconque se présenterait.

«Quand nous avons commencé, il y avait du scepticisme», a déclaré Mohsin Syed, alors directeur adjoint de la mosquée du centre-ville de Toronto.

En fait, le sujet a été jugé si délicat que les participants n'ont pas été informés de ce que serait le sujet spécifique discuté.

À la surprise de Syed, alors que la série de séminaires se poursuivait, le nombre de participants augmentait et augmentait.

En fait, «nous étions… tellement emballés dans ce sous-sol que notre climatisation ne suffisait pas», a-t-il déclaré à CBC Toronto.


Masjid Toronto était l'une des neuf mosquées de la RGT qui ont accueilli la série de séminaires, qui visait à lutter contre les idées fausses et à réduire la stigmatisation entourant la dépendance dans les communautés musulmanes.

«Après chaque séminaire, nous recevions une liste de personnes demandant des ressources ou discutant de leur cousin, de leur famille, de leurs amis», a déclaré le Dr Ahmed Hassan.

Hassan, psychiatre en toxicomanie au Centre de toxicomanie et de santé mentale, a dirigé les événements et a ensuite écrit à leur sujet dans une étude publiée ce mois-ci dans le Community Mental Health Journal.

Le Dr Ahmed Hassan, auteur principal de l'étude, dit que son objectif était de discuter de la religion d'une manière qui soit «religieusement et culturellement adaptée». (Soumis par CAMH)


Il énumère plusieurs raisons pour lesquelles la stigmatisation autour de la toxicomanie peut être répandue dans les communautés musulmanes, y compris la croyance que la dépendance est un péché et une honte.

«Nous voulions lutter contre la stigmatisation grâce à ce programme psycho-éducatif», a déclaré Hassan à propos des séances de 90 minutes.

«Nous creuserions profondément dans le contenu et intégrerions les enseignements islamiques.»

Pour Syed à Masjid Toronto, cette intégration d'une lentille religieuse était essentielle.

Mohsin Syed était le directeur adjoint de Masjid Toronto lorsque la série de séminaires sur la toxicomanie a eu lieu. (Soumis par Mohsin Syed)


«Parce que ces actes sont déjà un péché, les gens ont très peur d'en parler», a-t-il expliqué.

En faisant participer les chefs religieux aux séminaires, a déclaré Syed, cela «a créé un sentiment de réconfort pour la communauté. Cela ne vient pas seulement d'un médecin qui souhaite poser un diagnostic. »

L'étude espère inspirer plus de sensibilisation

L'enseignement religieux «est en accord avec la science. Et puis [les participants] le voient davantage comme une maladie que comme un péché », a déclaré Hassan.

Selon son étude, l'approche a été couronnée de succès, entraînant une «réduction significative» de la stigmatisation.

Après le séminaire, près de la moitié des participants ont déclaré qu'ils souhaitaient en savoir plus sur la science de la toxicomanie, et les deux tiers se sont sentis plus motivés pour aider la famille et les amis aux prises avec un trouble lié à l'usage de substances.

Hassan espère que l'étude pourrait ouvrir la porte à plus de sensibilisation à l'intérieur des mosquées, abordant potentiellement un éventail encore plus large de sujets.

«Traumatisme, TSPT… Je ne pense pas que [ces problèmes] aient été discutés ouvertement dans la communauté», a déclaré Hassan.

La salle de sport «Our London Family» dévoilée samedi

4 juin 2022 | London, ON Près d'un an après...

Le ramadan, un mois de solidarité à Cartierville

2 mai 2022 | Montréal - Les musulmans célèbres aujourd'hui...

laisse ton commentaire