De la bibliothèque à la mosquée

0 Commentaire
518 Vues

L'histoire de Rahma Masjid à West Edmonton

C'était vendredi après-midi, juste avant les prières de la jumuah à la mosquée Rahma, dans le quartier calme et ouest de Lessard à Edmonton. Issam Saleh a traversé la rue en portant un petit paquet à deux hommes assis dans leur voiture. La scène était assez courante car Issam le faisait presque tous les vendredis. Il faisait un signe de la main et frappait à la vitre de la voiture, qu'ils abaissaient lentement.

«Bonjour les voisins!» s'exclama-t-il avec un sourire. La famille d'Issam a des racines profondes et multifamiliales dans le pays et, en tant qu'enseignant agréé d'une école publique devenu gourou de la construction, Issam était étroitement lié à la ville en tant que fier Edmontonien. «Heureux de vous voir comme toujours. Je t'ai apporté un sandwich et des chocolats pour ton séjour ici.

»Le conducteur de la voiture a accepté le colis tandis que le passager a continué à compter les voitures qui affluaient dans le parking et les environs pour la prière commune hebdomadaire. La mosquée Rahma était dans le quartier depuis un an à ce moment-là, occupant le centre commercial au coin de la 172e rue et de la 61e avenue au début de 2010. Ces hommes ont continué à se présenter consciencieusement à la même heure chaque semaine pour évaluer le «Dommages» causés au quartier par les fidèles de la mosquée.

«Vous savez, vous êtes le bienvenu à tout moment. Vous n'avez pas besoin de manger dans votre voiture et nous serions ravis de vous avoir », a poursuivi Issam. "Nous allons bien, merci," fut la réponse alors qu'ils roulaient la fenêtre.

«Pas de problème», répondait-il avant de tourner les talons, de retourner au centre commercial devenu un espace de prière pour assister au sermon du vendredi et à deux cycles de prosternation avec des centaines d'autres fidèles.

Les premiers jours de la mosquée Rahma, contenue dans le plus grand complexe connu sous le nom de MAC Islamic Center, ont été caractérisés par une sensibilisation de la communauté patiente et la construction d'amitié locale, équilibrant continuellement la joie de créer un lieu sacré spécial dans une zone qui en avait cruellement besoin avec le défi. de faire face à l'indignation pour simplement exister.

Le complexe était auparavant un centre commercial et ce qui allait devenir la principale salle de prière de la mosquée était la succursale Lessard de la bibliothèque publique d'Edmonton jusqu'en 2008. Les jeunes enfants et les adultes remplissaient les espaces entre les piles de livres débordantes, lisant des textes, tapant loin sur les ordinateurs et en général à la recherche de connaissances. Avec la transformation de l'espace en mosquée et centre public, il resterait un centre d'apprentissage et offrirait des services pour de nombreuses autres facettes de la vie communautaire.

L'acquisition de la mosquée a été un processus éclair. Une importante communauté musulmane était installée dans l'ouest de la ville depuis des années et ils devraient se rendre à l'extrême nord ou à Millwoods pour des prières communautaires. Les fidèles espéraient un centre plus proche dans lequel ils pourraient non seulement prier, mais aussi apprendre ensemble et s'engager dans des actes de charité - un lieu qui pourrait devenir comme une deuxième maison pour eux et leurs familles. Ce n'est qu'à la fin de 2009 que l'Association musulmane du Canada (MAC) a commencé à chercher sérieusement un centre pour répondre à ces souhaits et également établir l'organisation comme un acteur majeur dans le paysage musulman de la ville.

Créée à la fin des années 1990, MAC a été fondée en tant qu'organisation de base à portée nationale, établissant des mosquées, des écoles et des garderies dans quatorze villes du pays. L'équipe principale de MAC au moment où ils exploraient l'emplacement d'Edmonton comprenait Issam Saleh, qui se souvenait que le centre commercial presque abandonné appartenait à Servus Credit Union, mais aussi qu'il tombait dans un état de délabrement. Le manque d'éclairage extérieur et la disparition des locataires ont fait de l'immeuble une horreur dans la communauté tranquille et familiale.

«C'était en fait un aimant pour les trafics de drogue de fin de soirée et d'autres comportements louches», se souvient-il. «Les membres de la communauté voulaient qu'on en fasse quelque chose.» Compte tenu de la taille du bâtiment, de son emplacement à l'ouest et du potentiel pour qu'il devienne un centre de voisinage complet avec des espaces commerciaux et professionnels ainsi que la mosquée si nécessaire, les premiers fondateurs de MAC ont vu au-delà des parties sombres de l'espace potentiel.

Une fois que l'organisation a fait une offre sur la propriété, le plus gros obstacle était de trouver les fonds. Un petit bureau a été loué dans le centre commercial Callingwood et une équipe de financement de base a été mise sur pied, dirigée par Nida Ali qui a été embauchée à l'automne 2009.

«J'appelais tellement de gens», se souvient Nida, émerveillée de la générosité de la communauté pour le projet en si peu de temps. «Nous avons dû utiliser un ancien répertoire pour localiser les noms de famille musulmans dans toute la ville, en essayant de trouver des gens et des magasins musulmans à Edmonton pour voir s'ils pouvaient soutenir le projet. Nous n'avions pas beaucoup d'outils pour contacter les gens au-delà des appels à froid. »

Fait remarquable, des dons, ainsi que des prêts sans intérêt de la part de membres individuels de la communauté, ont afflué et MAC a levé la mise de fonds de deux millions de dollars nécessaire pour sécuriser la propriété en un temps record. Cependant, il faudrait un certain temps pour que les deux autres tiers des coûts du projet soient garantis. À l'époque, éviter de s'intéresser à des investissements aussi importants était un défi et alors chef de chapitre pour MAC Edmonton, Ali Assaf a rappelé les difficultés que le groupe a traversées pour sécuriser l'espace. En tant qu'organisation musulmane, il était primordial de se conformer aux décrets religieux islamiques interdisant l'utilisation des intérêts.

«Auparavant, il fallait beaucoup de temps pour négocier avec les institutions financières et le clergé eux-mêmes pour s'assurer que le contrat était conforme à la charia», a déclaré Ali. «Cela a pris des mois, pas des semaines.»

Toute cette patience et travail acharné, cependant, a vite porté ses fruits et dès que l'encre a séché sur l'accord, le groupe s'est mis à travailler sur la transformation du bâtiment. Un groupe de bénévoles a entrepris de retirer les panneaux de bois qui recouvraient la façade extérieure du bâtiment. Plus tard, une équipe a isolé les murs, puis ils ont été finis avec du stuc. L'éclairage extérieur a été installé et les affaires douteuses tard dans la nuit ont complètement cessé.

«Il y avait des problèmes avec le toit qui fuyait et pendant un certain temps, nous avons eu des seaux qui attrapaient les gouttes chaque fois que la neige fondait ce premier hiver», se souvient Nida. «Pour être honnête, je me suis toujours inquiété d'aller travailler dans le bâtiment parce que je ne savais jamais quel problème je pourrais trouver alors que nous continuions à travailler dessus. Des travaux ont été effectués lentement pour déplacer les toilettes vers un espace plus approprié à l'extérieur de la musalla principale, la salle de prière et des éléments décoratifs ont également été ajoutés. Finalement, l'ancien auvent de la bibliothèque a été démonté et la peinture bleue autour des portes a été recouverte de couleurs plus neutres.

«Je me souviens que le jour où nous avons enlevé les panneaux, c'était la première fois que la salah, la prière, a eu lieu», a déclaré Issam. «Un petit groupe de volontaires s'est arrêté et est entré à l'intérieur pour prier. L'endroit était à l'envers et nous avons dégagé une petite tache. Il a fait une pause: «C'était très émouvant de participer à la création de la nouvelle mosquée.»

Il n'y a pas eu de cérémonie d'ouverture de l'espace monumental car les travaux se sont poursuivis progressivement. Cependant, les premières prières sacrées de la jumuah ont eu lieu le 26 février 2010, peu de temps après que MAC a pris possession du bâtiment. Trois ou quatre rangées de membres de la communauté et de bénévoles se sont alignés pour entendre le sermon de la khutbah de l'imam et célébrer ensemble le nouvel espace.

«Personne ne connaissait MAC et la nouvelle mosquée à l'époque», se souvient Nida. «Ma collègue Aminah et moi sommes allées dans les magasins musulmans de la ville pour installer nos pancartes pour que les gens sachent pour nous. La première jumuah comptait moins de cinquante personnes. Au fil du temps, ces chiffres deviendraient des centaines et même des milliers pour les prières annuelles de l'Aïd.

«Je ne peux pas oublier le moment où le minbar donné a été introduit dans l'espace quelques semaines plus tard, également lors d'une prière du vendredi», a poursuivi Issam. «Le premier athan, appel à la prière, a eu lieu et les donateurs ont apporté la structure en bois pour y être installée. C'était tellement bruyant de le faire entrer et tout le monde regardait mais c'était un moment très joyeux pour tous. Je me souviens que je me suis dit, oh mon Seigneur, nous avons construit une mosquée.

Le nom de la mosquée a été choisi par consensus parmi les premiers fidèles réguliers de l'espace. Ali et d'autres ont distribué des sondages papier qui ont été consciencieusement reçus contenant des votes entre trois noms suggérés. Le terme Rahma a finalement été choisi, signifiant miséricorde, grâce ou compassion en arabe et signifiant l'un des 99 noms d'Allah, ar-Rahman, le Miséricordieux.

Ali portait à l'origine un nom différent, mais au fil du temps, il a adoré la mosquée Rahma, déclarant: «Avec le recul, cela correspond parfaitement à la mosquée. C'est devenu une miséricorde pour la communauté et toutes les personnes impliquées. Finalement, un nouveau panneau a été érigé portant le nom de Rahma.

Obtenir tout le monde dans le quartier à bord a eu des résultats mitigés au début. À mesure que la participation aux prières du vendredi augmentait, le nombre de membres de la communauté concernés comptant les voitures et déposant des pétitions auprès de la ville contre la présence de la mosquée augmentait également. Même si MAC a organisé plusieurs journées portes ouvertes dans la communauté avant leur possession du site, Issam a noté comment des défis étaient encore soulevés, en particulier de la part de la Lessard Community League.

«Nous avons juste parachuté parce que l'accord est arrivé si vite et que nous n'avons pas eu assez de temps pour réseauter avec nos voisins comme nous l'aurions normalement fait», a expliqué Issam. «Ils se sont réveillés un jour et il y avait une nouvelle mosquée. Reconnaissant que l'organisation lutterait contre les inconforts généraux et attendus, ainsi que contre les stéréotypes contre les musulmans et les préoccupations fondées sur des préjugés implicites, Issam a noté que malgré trois années de difficultés avec la Ligue, «Nous, à la mosquée, ne les laissons jamais nous épuiser. Nous avons cru en la construction d'un meilleur quartier pour tout le monde et ils l'ont finalement vu aussi.

Ali a ajouté, avec empathie: «La ligue communautaire craignait que nous n'allions encombrer l'endroit et ne pas se garer bien, bloquant les allées et traversant leur cour arrière. Ils voulaient le sentiment de cul-de-sac tranquille. Il y a, bien sûr, des gens qui haïssent et sont islamophobes, mais le grand public était surtout préoccupé par ce qui les toucherait personnellement et ils sont venus. La mosquée a envoyé des lettres à toutes les maisons voisines, a continué à tenir des journées portes ouvertes et a invité le quartier à de beaux événements, en particulier pendant le Ramadan.

Un an tôt, lors du rassemblement annuel Joy of Ramadan, des représentants de la police d'Edmonton ont annoncé que la présence de la mosquée avait totalement paralysé la criminalité dans le quartier. Finalement, l'opposition de la communauté a pris fin lorsque les habitants ont reconnu comment la mosquée et le centre communautaire avaient redonné vie à un endroit mort dans le quartier.

Les alliés interconfessionnels à proximité comprenaient le clergé de la synagogue Beth Israel en bas de la rue et l'église orthodoxe ukrainienne Saint-Antoine de l'autre côté de la rue, qui ont tous deux accueilli le MAC dans le quartier - une relation solide qui se poursuit encore aujourd'hui.

Des conflits intracommunautaires ont également germé dans la mosquée, car des choix délibérés ont été faits pour avoir peu de séparation entre les espaces de prière sexués, pour avoir délibérément des femmes au conseil de la mosquée et surtout pour accueillir les enfants dans l'espace de prière à tout moment.

«Cela ne s'est pas fait sans difficultés», a expliqué Issam. «Des gens m'ont appelé par des noms qui me demandaient pourquoi ils pouvaient voir les dames ou pourquoi il n'y avait qu'une seule entrée pour les hommes et les femmes. Chaque fois que vous bouleversez le statu quo, cela se produira mais alhamdulilah, Dieu soit loué, nous avons eu la vision, nous savions que nous allions avoir le feu et c'était bien. C'est ce qui rend MAC différent. Nous continuons juste à avancer. Finalement, la mosquée a été célébrée pour son plan d'étage où les femmes pouvaient voir directement l'imam, comme elles le devraient, et le fait qu'il s'agissait d'un espace familial, un peu comme le reste du quartier.

Alors que certains locataires, comme la garderie, ont ouvert à côté de la mosquée dès le début, le centre a rapidement attiré une variété d'autres tels qu'une boulangerie et une boutique halal, des services professionnels, une deuxième garderie et même un restaurant, faisant du MAC Islamic Center un plaque tournante pour les voisins de tous bords, ainsi que les musulmans du sud et de Spruce Grove, qui cherchent à prier.

Lorsqu'on a demandé à Issam, Nida et Ali séparément ce que signifiait la mosquée Rahma pour eux, ils ont tous répondu: «C'est ma deuxième maison. Malgré les premiers problèmes liés à la création du centre, la communauté autour de la mosquée Rahma en est venue à la considérer comme la leur, changeant à jamais le visage du quartier.

Nakita Valerio est une écrivaine, chercheuse et organisatrice communautaire primée basée sur le territoire du Traité 6 à Edmonton. Elle est diplômée en histoire et en études islamo-juives de l'Université de l'Alberta et a été chercheuse au Tessellate Institute et à l'Institut d'études religieuses et socio-politiques. Elle est conseillère au Chester Ronning Centre for the Study of Religion and Public Life au campus Augustana de l'Université de l'Alberta.


Words Matter – Canada Needs to Move Beyond Divisive Language

Words Matter – Canada Needs to Move Beyond Divisive Language...

Les déclarations de Macron sur une série de meurtres en France enflamment l'islamophobie

Les déclarations de Macron sur une série de meurtres en France enflamment l'islamophobie

laisse ton commentaire