L'islamophobie est en hausse pendant le COVID-19

L'utilisation répétée des mosquées comme toile de fond pour les articles sur le COVID-19 et les fausses nouvelles sur les musulmans en tant que super propagateurs suscitent des inquiétudes quant à la violence.

La pandémie de COVID-19 est venue avec de nombreux défis autres que le virus lui-même. Dans de nombreuses situations, il a amplifié les maux de la société. Cela est particulièrement évident dans la montée de l'islamophobie en ligne et dans les médias, dans le harcèlement anti-musulman et dans la violence physique contre les musulmans. Au milieu des procédures de verrouillage de masse, de l'effondrement économique et de l'incertitude générale, des personnes haineuses, en particulier celles associées à l'extrême droite, ont ciblé et blâmé les musulmans pour la propagation du COVID-19. Le gouvernement du Canada et les coalitions antiracistes plus larges devraient faire beaucoup pour atténuer ces défis.

Des sentiments islamophobes ont émergé au début de la couverture de COVID-19 lorsqu'une rafale de réseaux médiatiques a utilisé des images de musulmans visibles dans des articles sur la pandémie, trahissant un problème persistant de biais implicite. Cela comprenait des points de vente tels que Le New York Times, la BBC et CNN ont choisi des images non pertinentes de mosquées turques pour illustrer leurs histoires sur la suspension des voyages vers l'UE par les États-Unis. Plus récemment, CP24, une chaîne d'information télévisée canadienne 24 heures sur 24, a utilisé une vidéo de musulmans dans une mosquée lors d'un reportage sur un salon de narguilé de Toronto condamné à une amende pour non-respect des règlements de COVID-19 après avoir eu plus de 100 clients sur place.

L'islamophobie est également venue de sources plus ouvertement haineuses. Fausses nouvelles suggérant que les musulmans sont de super propagateurs du coronavirus et ont ignoré les réglementations en matière de distanciation physique, que les mosquées sont des foyers d'épidémies ou que les musulmans reçoivent un traitement préférentiel, s'est rapidement propagée sur des points de vente comme Facebook et Twitter. Bien que ce ne soit rien de nouveau, la pandémie a provoqué une escalade des mensonges sur les musulmans.

À Edmonton, six semaines après le verrouillage, un homme était assis dans son véhicule à l'extérieur de la plus ancienne mosquée d'Amérique du Nord, Al-Rashid, exécutant ce qu'il a appelé un « Bombathon du Ramadan » qu'il a diffusé sur les réseaux sociaux. L'homme a pris sur lui de surveiller la mosquée pour la conformité au COVID-19 pendant le Ramadan – une tentative d'intimidation de la communauté.

De nombreuses municipalités ont temporairement dérogé aux règlements sur le bruit pendant la durée du mois de Ramadan pour permettre aux mosquées de diffuser leurs prières du coucher du soleil sur des haut-parleurs. Le geste a été bien accueilli de Vancouver à Halifax; cependant, le contrecoup en ligne et l'agitation médiatique ont éclipsé la joie apportée aux familles musulmanes, transformant un rappel traditionnel d'une minute par ailleurs inoffensif en un occasion de cracher la haine.

Quelques mois après, André Audet de Québec a été accusé en lien avec des centaines de messages en ligne qu'il a publiés appelant à la mort de tous les musulmans et du premier ministre Justin Trudeau.

Les mosquées sont également de plus en plus vandalisées comme moyen de semer la peur. Masjid Toronto de l'Association musulmane du Canada (MAC) a vu six incidents majeurs à ses deux emplacements depuis le début de la pandémie, y compris des insultes raciales peintes à la bombe et du verre brisé. La mosquée Al Rashid à Edmonton a de nouveau été la cible de graffitis néo-nazis, et quatre hommes ont été accusés d'avoir uriné en public sur la société islamique de Markham.

Le nombre de crimes violents contre les musulmans a également augmenté, y compris un Le hijabi de Vancouver se fait frapper à plusieurs reprises en transit, un Une famille montréalaise subit une confrontation raciste dans un parc, un Londres, Ont. femme ayant des insultes raciales utilisées contre elle dans un magasin et Des femmes de Toronto face à une tirade anti-musulmane sur la TTC, entre autres. Le 12 septembre, le gardien d'un Mosquée d'Etobicoke a été poignardé à mort. Le suspect a été lié à des comptes de médias sociaux néo-nazis.

Il est clair que les musulmans canadiens portent un autre fardeau à côté des facteurs de stress de la pandémie : la stigmatisation de l'exclusion. Et pire encore, cela arrive à un moment où l'Association musulmane du Canada et d'autres organisations musulmanes, par leur leadership et leurs services de première ligne, ont aidé d'innombrables Canadiens - des actions qui ont été reconnues par plusieurs députés ainsi que Trudeau, lui-même. En fin de compte, l'islamophobie non seulement nuit aux musulmans canadiens et divise nos communautés communes, elle nuit également aux efforts des musulmans en première ligne de la pandémie.

Au niveau local, nous avons besoin de solidarité entre la communauté et les groupes confessionnels pour résister à la haine. À une époque où le besoin de soins communautaires est primordial, l'islamophobie accrue nous offre l'occasion de nous unir et de dénoncer ensemble la haine.

Une action politique nécessaire pour lutter contre la haine en ligne

La haine en ligne, principalement via les médias sociaux, continue d'alimenter l'islamophobie et l'animosité envers les populations musulmanes canadiennes. En 2016, la société de logiciels Cision a documenté une Augmentation de 600 % du nombre de discours de haine intolérants dans les publications sur les réseaux sociaux. Leur étude s'est concentrée sur l'utilisation de hashtags tels que #banmuslims et #siegheil. En 2019, Léger Marketing a rapporté que 60 % des Canadiens déclarent avoir vu des propos haineux sur les réseaux sociaux, et 62 % des Québécois ont déclaré avoir vu des propos haineux ou racistes sur Internet ou sur les médias sociaux à l'égard des musulmans.

Des groupes communautaires ont réclamé une amélioration de la législation sur les droits de la personne qui traite de la haine en ligne. Le processus de soumission et de plainte à la Commission canadienne des droits de la personne devrait également être remanié, afin que les victimes puissent trouver plus facilement réparation. Une bonne initiative du Conseil national des musulmans canadiens (NCCM) est de plaider en faveur d'un examen complet de la Loi canadienne sur les droits de la personne afin d'examiner comment lutter contre la montée de la haine en ligne, de l'antisémitisme et de l'islamophobie en équilibre avec les droits des Canadiens à s'engager dans une critique légitime.

le Guide des élections fédérales du CNMC recommande de revoir la législation existante pour lutter contre la montée de la haine en ligne, de réglementer les entreprises de médias sociaux pour la prévention de la haine, de la violence et de la désinformation, et d'augmenter le financement des groupes concernés pour développer des programmes canadiens de littératie numérique. Pour réduire les dommages, nous avons besoin d'un meilleur suivi par les forces de l'ordre et de mesures de protection pour les institutions musulmanes attaquées. De plus, il devrait y avoir la création d'un organisme de surveillance réglementaire indépendant mis en place pour réglementer toutes les plateformes en ligne et appliquer les conséquences de l'autorisation de la haine.

En mai 2019, le Canada a signé le Déclaration de Christchurch, un engagement mondial à éliminer les contenus terroristes et extrémistes violents en ligne, et Trudeau a promis une nouvelle charte numérique pour lutter contre les discours de haine et la désinformation au Conférence VivaTech à Paris. Cela a été suivi d'une promesse électorale cibler en ligne discours de haine, d'exploitation et de harcèlement, et faire davantage pour protéger les victimes.

Essentiellement, nous avons besoin que le gouvernement libéral tienne ses promesses et, en ces temps sans précédent, les dépasse. Maintenant, une action réelle et sans excuse est nécessaire.

Photo: Des gens prient derrière le cercueil de Mohamed-Aslim Zafis lors de ses funérailles à Toronto le 16 septembre 2020. Une arrestation a été effectuée dans l'homicide d'un homme qui a été mortellement poignardé la semaine dernière devant une mosquée de Toronto, qui appelle maintenant à le meurtre doit faire l'objet d'une enquête car motivé par la haine. LA PRESSE CANADIENNE/Nathan Denette

Cliquez sur ici pour lire l'article original

Khaled Al-Qazzaz
Directrice des communications et de l'éducation
Association musulmane du Canada

Le ramadan, un mois de solidarité à Cartierville

2 mai 2022 | Montréal - Les musulmans célèbres aujourd'hui...

Musulmans et chrétiens prieront ensemble à l'église unie McDougall d'Edmonton

15 avril 2022 | Edmonton - Église historique du centre-ville accueillant...

laisse ton commentaire