Les Canadiens votent selon leurs valeurs - et les valeurs religieuses peuvent faire partie de ces valeurs

Les Canadiens votent selon leurs valeurs - et les valeurs religieuses peuvent faire partie de ces valeurs

Alors que le Parti conservateur accueille Erin O'Toole comme nouveau chef de son parti, les Canadiens qui réfléchissent de manière proactive aux besoins du pays commenceront naturellement à se faire entendre. Quiconque se prépare à se présenter comme premier ministre doit être conscient des divers besoins des citoyens canadiens. Et les organisations musulmanes canadiennes comme l'Association musulmane du Canada (AMC), qui sont la voix des grandes communautés, devraient être prises au sérieux.

Dans un article récemment publié dans le National Post, Mme Raheel Raza affirme que «les premiers musulmans canadiens comme moi sont les électeurs musulmans sur lesquels O'Toole devrait se concentrer.» L'affirmation de Raza sur l'importance de l'individu par rapport au collectif, et l'attention des premiers musulmans canadiens qui sont reconnaissants de la liberté que le Canada leur a accordée, semblent exprimer une perte de soi. Les citoyens canadiens devraient être des Canadiens fiers, mais personne ne devrait avoir à placer un aspect tout aussi important de leur identité comme secondaire. Leur appréciation de ce que le Canada leur offre ne devrait pas non plus les pousser à abandonner le besoin collectif de soutenir des communautés diverses.

Pour approfondir la leçon d'histoire que Mme Raza a donnée aux conservateurs, revenons sur le premier chef conservateur du Canada et sur les attitudes d'assimilation. Sa déclaration de musulmans d'abord au Canada est un type d'attitude qui rappelle les actions rapides du premier ministre John A. MacDonald en 1883 pour créer largement des pensionnats dans tout le pays et accélérer le processus d'assimilation. Si les goûts de Raza donnent toujours la priorité à l'assimilation et ne parviennent pas à valider l'importance des identités diverses, nous avons certainement beaucoup de raisons de nous inquiéter.

Fait intéressant, Mme Raza est fière du rôle du Parti conservateur dans l'accueil d'un plus grand nombre d'immigrants et établit en même temps une attente contradictoire pour que les immigrants abandonnent leur identité et deviennent canadiens d'abord. Précisons que ces plus grands nombres ont été rendus possibles grâce à ajustements dans le système de points de demande d'immigration, comme l'attribution de points plus élevés aux personnes ayant un niveau d'éducation plus élevé. Cela alimente toujours les idéaux canadiens d'abord que Mme Raza identifie et choisit pour appuyer le programme des conservateurs. N'oublions pas non plus qu'il a été établi que le bureau de Harper était personnellement intervenu dans le traitement des réfugiés syriens au Canada et n'a admis que 10% des 10 000 que le gouvernement avait promis d'accepter.

Il est déconcertant de voir comment la ligne de renseignements sur les `` pratiques culturelles barbares '' de Harper, qui n'a jamais été à court d'une idée absurde, est toujours soutenue par Mme Raza qui affirme que son seul manque à gagner était le moment où il a été annoncé. La question évidente de savoir pourquoi une telle ligne était nécessaire face au 911; les lignes de crise et de détresse indiquent clairement un programme plus approfondi visant à étiqueter et à honte distinctement un groupe particulièrement ciblé. Mme Raza prétend que le parti conservateur a prétendument des péchés - pourtant ils existent toujours en fait et indéniablement en tant que péchés qui se sont produits dans l'histoire du parti. En 2011, Harper a déclaré que la plus grande menace pour le Canada était «l'islamisme», invoquant le vocabulaire de ceux qui disent ne pas être contre l'islam - non, pas du tout - mais plutôt contre «l'islamisme», «l'islam politique», «l'islam radical» »,« Islam militant »ou« islam extrémiste ». Ces termes manquent de précision et sont une invitation ouverte à interpréter la négativité contre l'islam et les musulmans dans leur ensemble. De plus, Harper a condamné le niqab à de nombreuses reprises, affirmant qu'il était enraciné dans une culture «anti-femmes». Cette rhétorique ignorante ne peut conduire qu'à la haine et à l'aliénation d'un groupe particulier de musulmans.

Mme Raza continue de faire pression pour une politique de division qui néglige et mine un groupe important de Canadiens, alors qu'elle prétend être digne de l'attention des dirigeants politiques. Les propres positions de Mme Raza en tant que présidente du Rebel News Advisory Board - une plateforme médiatique de commentaires politiques et sociaux d'extrême droite canadienne et son propre soutien financier à l'événement de la maison des apologistes de l'occupation d'Andrew Scheer - motivée par un programme visant à justifier le meurtre et les blessures de Palestiniens non armés - soulève certainement des sourcils quant à la majorité équilibrée, canado-musulmane qu'elle représente.

Basé sur Recensement de 2011, il y a plus d'un million de Canadiens qui s'identifient comme musulmans (3,2% de la population canadienne) et il est évident que ce groupe démographique est croissance. MAC sert plus de 100 000 musulmans canadiens chaque année d'un océan à l'autre grâce à des mosquées, des écoles, des centres jeunesse et des programmes communautaires. Bien que n'importe quel individu puisse prétendre représenter les points de vue des musulmans canadiens, nous devons prêter attention aux organisations qui portent la charge de la communauté. Ceux qui sont sur le terrain relient, soutiennent, collaborent et profitent aux Canadiens de tout le pays. Ceux qui sont mobilisés par le soutien et la confiance de grandes communautés à travers le pays. Ceux qui ont des besoins culturels, religieux et sociaux quotidiens sont compris et soutenus.

Tous les Canadiens votent en fonction de leurs valeurs et croyances, quelle que soit leur religion. Pour ceux qui ont de fortes valeurs religieuses, celles-ci éclaireront leurs décisions de vote. Une partie des libertés accordées aux Canadiens consiste à voter selon leurs valeurs - qu'elles soient religieuses ou non. Mme Raza affirme que les musulmans silencieux qui ne fréquentent pas les mosquées représentent la majorité, et il semble précaire sur quoi se fonde ce fait. Au contraire, les politiciens devraient être conscients que les grandes organisations musulmanes représentent une variété d'électeurs et représentent un terrain d'entente équilibré de croyances et de valeurs. De plus, les grandes organisations musulmanes ont la capacité de éduquer les citoyens. Des grands festivals de l'Aïd à la jum'ah hebdomadaire (prière du vendredi), les congrégations qui accueillent des dizaines de milliers de participants sont souvent considérées par les politiciens comme d'importantes plateformes pour dialoguer avec les électeurs. Les politiciens seraient négligents d'ignorer l'impact de la voix communautaire et collective.

Rania Lawendy est membre de la direction de l'Association musulmane du Canada (MAC) et a déjà siégé à son conseil d'administration. Elle est également aumônière musulmane à l'Université de Waterloo.

Cliquez sur ici pour lire l'article original

La salle de sport «Our London Family» dévoilée samedi

4 juin 2022 | London, ON Près d'un an après...

Le ramadan, un mois de solidarité à Cartierville

2 mai 2022 | Montréal - Les musulmans célèbres aujourd'hui...

laisse ton commentaire