Opinion de CALGARY HERALD: les mosquées de l'Alberta placent la barre haute dans la lutte contre le COVID

,

Opinion: les mosquées de l'Alberta placent la barre haute dans la lutte contre le COVID

Les musulmans pratiquent la distanciation sociale à la mosquée MAC Rahma Masjid à Edmonton. / Document

À la mi-mai, vers la fin du Ramadan, la province de l'Alberta est entrée dans la phase 1 de sa stratégie de relance à la suite de la pandémie de COVID-19. Pour les musulmans qui, pour la première fois de leur vie, priaient à la maison et évitaient les repas de jeûne en groupe, la réouverture a permis de se joindre à quelques prières communautaires du mois le plus sacré de l'Islam, aussi différentes que puissent paraître ces prières en raison de mesures de distanciation.

En suivant de près et en dépassant les règlements du gouvernement pour les rassemblements à distance, les mosquées appartenant à l'Association musulmane du Canada, en particulier, ont établi la barre pour un culte sécuritaire et soucieux de leur santé. D'abord à Rahma Masjid à Edmonton, au MAC Islamic Centre Of Cold Lake et maintenant au Al Salam Centre à Calgary, les musulmans albertains démontrent les meilleures pratiques pour assurer la sécurité des fidèles tout en accédant aux ressources spirituelles et mentales indispensables - un exemple suivi dans d’autres régions du pays.

Le gouvernement de l'Alberta a établi une norme pour traiter le COVID-19 qui est en avance sur les autres provinces à bien des égards, et rien de plus que son approche de la réouverture en toute sécurité des lieux de culte. Certains pourraient se demander pourquoi un lieu de culte comme une mosquée pourrait être une priorité absolue pour la relance d'un gouvernement. Les mosquées MAC, telles que Rahma et Al-Salam, sont des centres cruciaux pour des programmes socialement réactifs axés sur la charité, les besoins de santé spirituelle et mentale et les lieux d'appartenance à la communauté, même en période de distanciation physique.

Les fermetures de mosquées, bien qu'absolument nécessaires à la préservation de la vie et de la sécurité au début de la pandémie, ont entraîné l'arrêt du financement crucial et des programmes de soutien, tout comme le besoin dans la communauté a augmenté de façon exponentielle.

En raison des services sociaux cruciaux de MAC et en particulier en raison de son infrastructure nationale bien développée pour la gouvernance, qui offre des réponses adaptatives centralisées aux besoins changeants de la communauté, MAC a été à l'avant-garde de la consultation avec la province pour les réouvertures en raison du besoin de restriction totale. s'est calmé.

Grâce à une participation notable à plusieurs assemblées publiques et à avoir été consultée directement par la province à de nombreuses reprises, l'AMC a bâti sur ses liens non partisans existants avec le gouvernement pour défendre les meilleurs intérêts des musulmans et de tous les Albertains.

Après un mois à l'étape 1, la province de l'Alberta vient d'élargir la limite de 50 personnes ou un tiers de l'assistance au service régulier à aucun plafond sur le nombre de personnes qui peuvent visiter un lieu de culte, avec une distance physique appropriée. La province a également établi un certain nombre de lignes directrices pour les lieux de culte qui incluent, mais sans s'y limiter, l'utilisation de l'outil d'auto-évaluation COVID-19 pour tout le personnel, les visiteurs et les fidèles avant d'y assister; promouvoir les activités, les procédures et l'éducation de prévention du COVID-19; et le maintien d'un point d'entrée unique et d'un point de sortie séparé pour tous les lieux de culte.

En consultation avec le premier ministre Jason Kenney, le médecin-chef Dr Deena Hinshaw et le ministre de la Culture et du Multiculturalisme, l'AMC a étendu et élargi ces lignes directrices spécifiquement pour les mosquées. Par exemple, dans la prière commune typique de l'Islam, la prière de groupe a lieu épaule contre épaule; Cependant, à l'ère du COVID-19, les fidèles maintiennent à tout moment un espacement de deux mètres entre eux en suivant des marqueurs sur le sol et en exigeant que chacun apporte ses propres tapis de prière.

De plus, pour réduire les risques de contamination aérienne, le MAC a recommandé des masques pour tous les participants et la récitation des prières est obligatoire pour l'imam seul, en se détournant des fidèles qui ne sont autorisés à répéter les prières que dans leur cœur, en silence.

Enfin, pour protéger les membres les plus vulnérables de notre communauté, un système d'inscription a été mis en place à la mosquée Rahma d'Edmonton et la prière en congrégation a été interdite aux personnes souffrant de maladies chroniques. Les jeunes enfants n'ont pas non plus été autorisés à assister au culte en raison de l'incertitude quant à leur capacité à maintenir leur distance physique et à appliquer les pratiques d'hygiène essentielles.

En tant que plus grande organisation musulmane canadienne avec une portée nationale enracinée dans des sections locales fortes dans 14 villes, MAC est dans une position unique pour normaliser des stratégies de relance exceptionnelles à travers le pays. L'exemple de MAC Alberta devrait servir d'inspiration pour d'autres lieux de culte et provinces qui s'efforcent de rouvrir en toute sécurité alors que nous naviguons tous ensemble dans notre nouvelle réalité.

Issam Saleh est le directeur de l'engagement communautaire pour l'Association musulmane du Canada. Il habite à Edmonton.

Message du directeur général - Mai 2022

Assalamualaikum Wa Rahmatullahi Wa Barakatuh. Chers membres de la communauté, je prie...

Le ramadan, un mois de solidarité à Cartierville

2 mai 2022 | Montréal - Les musulmans célèbres aujourd'hui...

laisse ton commentaire