Ramadan, Pâque et Pâques: l'heure de l'espoir à l'ère de l'incertitude

Ramadan, Pâque et Pâques: l'heure de l'espoir à l'ère de l'incertitude

L'article original a été publié ici.

Il est rare que des célébrations importantes de trois grandes religions monothéistes aient lieu si près à peu près au même moment: le christianisme, le judaïsme et l'islam. La dernière fois de ce genre était à l'aube du nouveau millénaire. À l'époque, il y avait tellement d'espoir pour le nouveau siècle malgré la préoccupation d'un petit hoquet du maintenant oublié Bogue de l'an 2000. Aujourd'hui, 20 ans plus tard, Pâque, Ramadan et Pâques sont célébrés à quelques semaines d'intervalle.

Malheureusement, cela survient à un moment de grande incertitude alors que le monde traverse des temps sans précédent infligés par la pandémie COVID-19. Les fidèles du Canada et du monde entier apprennent à observer ces importantes célébrations communautaires à l'ère de la distanciation sociale.

En cette période difficile, nous sommes très réconfortés de nous rappeler que ces trois religions monothéistes sont nées comme des rayons d’espoir à des moments où le monde était en grand désespoir. Ils sont devenus des mouvements qui ont protesté contre la tyrannie et l'iniquité des systèmes de leur temps, tout en s'efforçant d'établir un ordre plus inclusif et équitable. L'histoire du prophète Moïse est une incarnation de l'espoir et de la confiance dans le divin pour la délivrance. Une histoire qui est mentionnée dans le Coran plus de 125 fois illustrée par sa résilience, sa dévotion et le triomphe de l'esprit humain sur l'adversité. Cette essence de dévotion et de révérence au Divin est vécue par les musulmans à travers le jeûne du mois de Ramadan. Destiné à atteindre un état d'être spirituel élevé et accru, le Ramadan est une période d'auto-renouvellement alors que nous faisons face au quotidien de nos vies occupées avec une multitude de demandes sur notre temps de la part de la famille, des carrières et de la communauté.

Il est également important de se rappeler que les pandémies font partie de l'existence humaine depuis des temps immémoriaux. En plus de la destruction et de la mort qu'ils laissent normalement derrière eux, ils apportent également de la clarté à notre condition humaine. COVID-19 ne fait pas exception. À l'échelle mondiale, il expose les failles fondamentales de l'ordre social et économique qui ont créé d'énormes disparités dans la répartition de la richesse et l'inégalité des revenus. À l'échelle nationale, il a mis l'accent sur l'impact de problèmes majeurs tels que la pauvreté, l'itinérance, le chômage des jeunes, les soins palliatifs et les soins aux personnes âgées, la santé mentale, l'isolement social et le changement climatique sur nos communautés, et leur impact négatif sur trop de gens. Plus inquiétant encore, ces problèmes sont nettement plus fréquents dans des groupes démographiques spécifiques et des communautés défavorisées. Par exemple, les communautés des Premières Nations sont plus vulnérables aux effets ravageurs des épidémies en raison de services de santé et de logement inadéquats.

Par conséquent, dans une période d'incertitude, les adeptes des religions abrahamiques doivent renouveler les liens historiques qui les ont liés les uns aux autres et partager leurs traditions et leur sagesse entre eux et avec ceux qui les entourent. En regardant vers l'avenir au-delà de cette pandémie, les fidèles ont besoin de réinventer un nouveau monde où la spiritualité, le bien public et le souci des autres deviennent le nouveau centre de notre conscience collective. Il est encourageant de voir comment les Canadiens de ce vaste pays ont agi délibérément pour le bien collectif en observant des ordres stricts de distanciation sociale, en pratiquant une bonne hygiène et en prenant soin les uns des autres dans un effort pour se protéger et sauver leurs concitoyens. Cet esprit s'est reflété chez nos dirigeants politiques de tous les niveaux de gouvernement, ainsi que chez les professionnels de la santé, les premiers intervenants, nos agences de sécurité et les travailleurs de première ligne qui ont maintenu un certain niveau de normalité dans nos vies. Nous espérons que cet altruisme pourra être transformé en une éthique communautaire qui peut nous aider en tant que citoyens à identifier les injustices, grandes et petites, et à agir en conséquence pour rééquilibrer les échelles de la justice sociale.

En tant que communautés confessionnelles, notre travail devrait se concentrer sur le renforcement de la cohésion sociale en promouvant l'inclusion, en partageant la sagesse et en construisant des coalitions solides et des collaborations intersectorielles qui remédient aux insuffisances des structures économiques et sociales qui ont produit ces inégalités. C'est peut-être le meilleur moment pour offrir de l'espoir et prier pour un avenir meilleur.

Abdul Nakua est un organisateur communautaire, un activiste et un fier canadien, ontarien et musulman d'origine libyenne. Il est membre de la direction de l'Association musulmane du Canada.

Message du directeur général - Mai 2022

Assalamualaikum Wa Rahmatullahi Wa Barakatuh. Chers membres de la communauté, je prie...

Message EID du directeur exécutif

Assalamu alikum wa Rahmatullahi wa Barakatuhu et Eid Mubarak à...

laisse ton commentaire