Projet de loi 21 - Nouvelles batailles, vieilles guerres

,

Abdul Nakua10 octobre 2019LA POLITIQUE AU CANADA

Former prime minister Pierre Elliot Trudeau. Image: Chiloa/Wikimedia Commons

Réflexion sur le débat conflictuel au Québec sur les symboles religieux et le décès Facture 21, Je me souviens d'une épiphanie qui révèle à quel point les anciennes batailles en influencent de nouvelles. C'était une entrevue avec ancien prime minister Pierre Trudeau par Barbara Frum, diffusé par la CBC le 29 mai 1987. En tant que nouvel étudiant commençant mes études avec une compréhension limitée de l'anglais dans le nord de l'Ontario, j'ai été fasciné par la vision de Trudeau pour le pays et son accent sur l'importance absolue du rôle du gouvernement fédéral dans la protection des personnes. droits. Ce moment a ouvert une fenêtre sur une expérience unique du pays, ce qui m'a amené à adopter la culture canadienne comme la mienne et à en apprendre davantage sur l'histoire du Canada et sa politique fascinante.

Quant à l'impact de cette entrevue sur le Canada, il persiste encore à ce jour. À l'époque, c'était la chose la plus proche de l'intervention divine dans la ratification de la Accord du lac Meech (un amendement constitutionnel articulé par le premier ministre de l'époque Brian Mulroney pour obtenir le consentement du Québec à la Constitution de 1982). Son article central était l'inclusion de la «clause de la société distincte» pour définir la province de Québec.

Suite à cette entrevue, Trudeau a écrit un éditorial publié à la fois par le Toronto Star et La Presse. Dans ce document, Trudeau a farouchement défendu son vision du pays - un «basé sur un Canada multiculturel bilingue avec un gouvernement central fort où les Canadiens possèdent des droits définis et aucune province ou région n'a de statut spécial. Il a résumé ses principales objections à l'accord en deux points: l'égalité des provinces n'est plus garantie du fait de la création d'un fédéralisme asymétrique sanctionné par la Constitution où une province jouit de plus de pouvoirs que les autres et créant un déséquilibre entre les droits collectifs et individuels en faveur de la majorité. «Pour les Canadiens qui rêvaient de la Charte comme un nouveau départ pour le Canada, où tout le monde serait sur un pied d'égalité, il ne restera plus que des larmes», a-t-il écrit.

Au centre de ce choc constitutionnel épique se trouvaient deux articles de l'accord: l'alinéa (1) b), «la reconnaissance que le Québec constitue au sein du Canada une société distincte» et l'article (3), qui stipulait que «le rôle de la législature et du gouvernement du Québec est de préserver et de promouvoir l'identité distincte du Québec visée à l'alinéa (1) b) est confirmée. »

Le terme «La societe distincte» est une relique de la Révolution tranquille comme expression du nationalisme québécois. Il est entré dans le lexique politique canadien en 1963 dans le cadre de la Commission royale d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme et est devenu un article de foi pour l'élite politique québécoise.

Grâce à son intellect et à son charisme, Trudeau a presque à lui seul galvanisé l'opposition à l'accord et a défendu sa vision comme une alternative morale plus noble. Se rendant compte qu'il était dépassé et déjoué, Mulroney a lancé les dés dans les derniers jours de la campagne pour la sauver, mais n'a pas réussi à faire ratifier l'accord.

Après l'échec de l'Accord du lac Meech et le rejet de la Accord de Charlottetown lors d'un référendum national, suivi de la peur du référendum québécois de 1995 sur la souveraineté, le premier ministre de l'époque, Jean Chrétien, a reconnu qu'il n'y avait pas de voie réaliste vers un accord constitutionnel. Il a cherché à lutter contre le nationalisme québécois en utilisant une approche peu orthodoxe, en clarifiant la question de la sécession et en élevant le seuil du oui lors d'un référendum. Le gouvernement fédéral a demandé l'avis de la Cour suprême et a par la suite introduit la Loi sur la clarté en 1999, qui est devenue loi en 2000, faisant de la question de la sécession une éventualité presque impossible.

Focus sur les symboles religieux

L'élite politique québécoise a fait pivoter la conversation sur le nationalisme du débat sur la société distincte à une nouvelle frontière de protection de la «laïcité» - le caractère séculier de la société - en faisant avancer un nouveau discours sur les symboles religieux et leur espace dans la sphère publique.

Après l'embarrassant «Code de conduite» de Hérouxville débâcle et le débat ridicule sur l'accommodement raisonnable, les gouvernements québécois successifs sont devenus obsédés par les «symboles religieux dans la sphère publique», introduisant cinq projets de loi en 10 ans: le projet de loi 94 en 2010, puis le projet de loi 60 en 2013, le projet de loi 62 en 2017 et enfin le projet de loi 21 - une mesure législative draconienne avec une touche orwellienne, car elle a été rédigée et parrainée par le ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion.

Le nationalisme québécois a un caractère et une forme ethnocentriques. C'est une extension du nationalisme français - à la fois fièrement projeté comme exclusif et ancré dans la laïcité, qui considère "toute forme de différence opérant comme une menace pour cette identité. » C'est une forme d'ethnonationalisme construit à la fin des années 1970 et au début des années 1980, dans laquelle on soutient que le mélange de différentes ethnies conduit à l'extinction de la culture principale. Par conséquent, on pense que les cultures nationales européennes ont le droit de protéger leur identité culturelle contre les menaces. La plus grande menace serait alors définie comme une invasion d'immigrants, en particulier de pays musulmans, car «Ils sont les moins compatibles et les moins enclins à l'assimilation.»

Au Québec, un discours de laïcité française combiné à l'égalité des sexes pour faire des musulmans un «autre» menaçant. En raison de sa visibilité et de sa spécificité culturelle, le hijab a fourni l'imagerie et le langage nécessaires pour activer ce cadrage comme instrument de mobilisation.

Les discours autour du hijab, des symboles religieux, des accommodements raisonnables et des valeurs de la charte étaient remplis d'omissions historiques, de généralisations et d'effacement des voix, ce qui garantit leur puissance. Le hijab a été réduit à un simple symbole religieux. Dans le processus, les femmes musulmanes ont été vues à travers le prisme de l'oppression de genre, et leurs besoins et leurs aspirations ont été obscurcis tout comme leurs voix ont été réduites au silence. Par conséquent, les vies riches et significatives que mènent les femmes musulmanes et leur réalisation personnelle à travers une grande variété d'activités ont été rendues invisibles par ces discours réductionnistes. La valeur spirituelle profonde du hijab a été omise du discours public et les voix exprimant ces aspects puissants ont également été effacées. De plus, lorsque les voix des femmes musulmanes sont incluses, cela se fait de manière sélective. L'espace n'a été alloué qu'aux voix du «informateurs natifs», À l'exclusion des autres, uniquement pour moduler davantage le discours de la victime autour des femmes. Ils ont été projetés comme des «initiés accrédités», capables de clarifier et d'authentifier les Paradigme «centre et périphérie» par rapport à l’Occident et à l’islam.

À mesure que les femmes musulmanes réussissaient dans leurs activités, cela augmentait leur visibilité et invitait l'État à rétrécir l'espace public par des pratiques d'exclusion pour limiter l'accessibilité aux opportunités sportives, aux choix de carrière ou même au droit de vote. Dans le même temps, l'État utilise la visibilité des femmes musulmanes comme un marqueur perçu et consommé à travers l'ouverture historique de la colonisation pour faire avancer son agenda culturel et politique.

Affaiblissement des droits de l'homme

Dans son essai "Cinq visages d'oppression», La philosophe Iris Marion Young a identifié la violence, l'exploitation, la marginalisation, l'impuissance et l'impérialisme culturel comme des moyens de communiquer et d'exprimer l'oppression. Des lois comme le projet de loi 21 peuvent générer des normes, des habitudes et des symboles incontestés, conduisant à des règles de société qui deviennent une structure restrictive de forces et d'obstacles. Celles-ci immobilisent et réduisent un groupe ou une catégorie de personnes, et l'oppression est perpétuée par une obéissance aveugle à de telles normes institutionnelles. Cette forme de privation du droit de vote peut avoir un impact considérable sur les institutions et les traditions démocratiques du Québec.

Inquiet de ces tendances, Trudeau a plaidé pour la suprématie de la charte. Il n'a jamais douté que l'adoption de la «clause de la société distincte» affaiblirait la charte et créerait un prétexte constitutionnel où les droits individuels pourraient être indûment limités par la majorité. Il a affirmé que cette clause est «une notion raciste» qui ferait de «tout le monde des citoyens de deuxième ou de troisième classe, sauf des Québécois« de souche ».

En raison du leadership de principe de Trudeau il y a plus de 30 ans, le projet de loi 21 porte avec lui le péché de démesure et d'abus des normes constitutionnelles puisqu'il a été adopté en vertu de la clause nonobstant - pour contourner les protections en vertu de la Charte des droits et libertés et pour le protéger des tribunaux. défi.

Au fil du temps, il devient clair que la vision de Trudeau du pays a résisté à l'épreuve du temps. Il a résisté à la tentation de diluer la prémisse de la valeur inhérente et égale de chaque citoyen canadien. Alors que l'ombre de Trudeau s'estompe dans le temps, on se souviendra de lui comme du chef qui a le mieux exprimé le potentiel de ce pays. Nous pouvons honorer sa vision en corrigeant l'une des principales lacunes de la charte - la clause de dérogation - et en modifiant la charte pour la supprimer. Réaliser cela nous rapprocherait de l'achèvement de ce que John Ralston Saul a appelé l'expérience canadienne «perpétuellement incomplète» - «une expérience basée sur l'idée d'un cercle inclusif qui s'élargit et s'adapte progressivement à mesure que de nouvelles personnes nous rejoignent», un cercle beaucoup plus grand et plus inclusif maintenant que quand je l'ai rejoint.

Abdul Nakua est un organisateur communautaire, un activiste et un fier Canadien, Ontarien et musulman. Il est membre de la direction de l'Association musulmane du Canada.

Image: Chiloa / Wikimedia Commons

L'article original peut être trouvé ici.

Message du directeur général - Mai 2022

Assalamualaikum Wa Rahmatullahi Wa Barakatuh. Chers membres de la communauté, je prie...

Le ramadan, un mois de solidarité à Cartierville

2 mai 2022 | Montréal - Les musulmans célèbres aujourd'hui...

laisse ton commentaire