Il est temps pour le SCRS de repenser son objectif

,

Par Rania Lawendy Contributeurs Yasin Dwyer

Être surveillé ou recevoir des visites surprises ou des appels téléphoniques d'agences d'espionnage et d'application de la loi du Canada est une expérience bien trop familière pour les musulmans dans divers campus universitaires et mosquées à travers le pays.

En effet, au cours des dernières années, en tant qu'aumôniers musulmans à l'Université de Toronto, Ryerson et l'Université de Waterloo, nous avons dû aider plusieurs étudiants à faire face à ces événements déroutants, traumatisants et arbitraires. Et beaucoup étudiants musulmans à travers les universités canadiennes partagent maintenant publiquement leurs propres expériences similaires.

Hon. Ralph Goodale, député

Pourquoi cela arrive-t-il?

Parce que le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) continue de concentrer à tort ses efforts antiterroristes sur la communauté musulmane, malgré la dangereuse montée des activités au sein des mouvements suprémacistes blancs.

En fait, pas plus tard qu'en avril 2019, le directeur du SCRS, David Vigneault a dit au Comité sénatorial sur la sécurité nationale et la défense que la principale préoccupation du renseignement est l'extrémisme violent lié à l'islam.

Le terrorisme, sous toutes ses formes, est une menace pour la société. Il doit être abordé et contrôlé, le plus tôt possible. Et les agences de renseignement jouent un rôle clé dans sa lutte.

Mais s'en prendre aux musulmans est malavisé car il se concentre sur une communauté de foi plutôt que sur un comportement criminel.

La sécurité ne viendra jamais de la diabolisation des communautés ou de l'intimidation des étudiants sur le campus.

En fait, cette ligne de conduite a probablement joué un rôle important dans la montée de la haine de droite en premier lieu.

C'est quelque chose que le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale a laissé entendre après avoir assisté à une réunion avec ses homologues des soi-disant alliés du renseignement Five Eyes du Canada – les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

Citant des exemples de terrorisme domestique aux États-Unis, Goodale a déclaré : « au moins dans certains de ces cas, il ressort assez clairement des preuves qui ont été suivies jusqu'à présent, qu'il y avait des souches d'extrémisme de droite et d'extrémisme violent qui ont jeté les bases qui contribué à ce comportement.

Pourtant, cette forme de terrorisme n'a pas reçu l'attention qu'elle mérite.

Au lieu de cela, pendant près de 18 ans – depuis les attentats terroristes du 11 septembre – les musulmans sont restés le seul centre d'intérêt des agences de renseignement.

Et ce malgré l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis et l'émergence de forces de droite en Europe qui ont contribué à alimenter les crimes haineux contre les musulmans depuis le 11 septembre.

Et le Canada n'a certainement pas été à l'abri de ce vilain phénomène. Il existe au moins 130 groupes d'extrême droite actifs au Canada, une augmentation de 30 % depuis 2015, selon l'experte en crimes haineux Barbara Perry.

Pourtant, notre gouvernement a cédé aux craintes anti-islamiques qui ont abouti à une culture de type Rambo dans les agences de renseignement. Et cela a conduit au contournement des droits fondamentaux, tels que le besoin de preuves, la responsabilité du gouvernement et l'égalité devant la loi, car ils étaient considérés comme des obstacles à la sécurité.

La montée de l'extrême droite au Canada constitue également une menace pour la sûreté et la sécurité des étudiants musulmans et de leurs communautés. Et l'absence de réponse des agences de sécurité n'aide pas.

Au lieu de cela, des ressources continuent d'être investies dans la surveillance d'étudiants musulmans équilibrés, performants, actifs et religieux. Pendant ce temps, collecter des renseignements en frappant à leur porte cause des problèmes de santé mentale et affecte leur capacité à pratiquer leur foi sans craindre d'être étiqueté comme une menace.

Mettre l'accent sur les musulmans n'est pas la réponse à la marée montante du terrorisme dans la société.

Il est temps que notre gouvernement, la GRC et le SCRS mettent un frein à la culture de la surveillance et s'assoient à la table des organisations musulmanes comme le Conseil national canadien des musulmans, l'Association musulmane du Canada et les associations étudiantes musulmanes sur les campus pour regagner la confiance des Canadiens Les musulmans.

Pour relever les défis du jour, notre appareil de renseignement doit se recalibrer et sortir de sa mentalité actuelle du 11 septembre.

Rania Lawendy est aumônière musulmane à l'Université de Waterloo et directrice de l'école Maple Grove de l'Association musulmane du Canada (MAC). Elle fait partie de l'exécutif du MAC et a déjà siégé au conseil d'administration national. L'imam Yasin Dwyer est l'aumônier musulman à l'Université de Toronto et à l'Université Ryerson et est le directeur exécutif de l'Aumônerie musulmane de Toronto et a été le premier aumônier musulman à temps plein pour travailler avec le Service correctionnel du Canada.

L'article original peut être trouvé ici.

Message du directeur général - Mai 2022

Assalamualaikum Wa Rahmatullahi Wa Barakatuh. Chers membres de la communauté, je prie...

Le ramadan, un mois de solidarité à Cartierville

2 mai 2022 | Montréal - Les musulmans célèbres aujourd'hui...

laisse ton commentaire