Un anneau de paix devient bien plus | CJN

J'ai participé à l'Anneau de la paix vendredi dernier avec ma synagogue non pas parce que je suis politique. Je ne suis pas. Je n'y suis pas allé parce que je suis journaliste, comme j'ai pu par le passé couvrir une histoire. J'ai juste senti qu'il était important d'être là.

Et puis j'ai ressenti l'envie d'écrire à ce sujet, car l'expérience était exceptionnelle de deux manières différentes. Cela a dépassé les attentes de notre groupe en matière de bonne volonté et de connexion, ce qui était gratifiant mais peut-être pas si inhabituel. Cela s'est également transformé en une visite prolongée après qu'un représentant de la mosquée nous a invités à l'intérieur, à l'abri du vent froid, alors que nous nous rassemblions à l'extérieur du bâtiment. À ma connaissance, cela ne s'est pas produit dans les autres mosquées.

Environ 40 ou 50 personnes de Beth David B'nai Israel Beth Am et Temple Emanu-El se sont rencontrées à la Société islamique de Markham – Jam'e Masjid Markham le 22 mars, l'un des 13 groupes organisés par le Toronto Board of Rabbis dans le suite à la fusillade qui a fait 50 morts dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

Des membres de la communauté musulmane de Toronto et d'autres villes ont également manifesté leur solidarité avec la communauté juive après la fusillade survenue à la synagogue Tree of Life de Pittsburgh l'automne dernier.

LIRE : LES ANNEAUX DE LA PAIX TENUS À L'EXTÉRIEUR DES MOSQUÉES CANADIENNES

Notre groupe a accepté l'invitation d'entrer dans la mosquée, se divisant en deux alors que les femmes entraient par une porte et les hommes par une autre. Nous avons retiré nos chaussures et nos bottes, et de nombreuses femmes ont utilisé leurs écharpes d'hiver pour se couvrir les cheveux en tant qu'invitées respectueuses, tandis que le personnel et les membres de la mosquée ont sorti des dizaines de chaises pour nous asseoir.

Pendant le service, le rabbin de Beth David, Philip Scheim, s'est adressé à la congrégation, apportant un message de soutien et de solidarité. Il a parlé d'embrasser le langage de l'amour plutôt que de la peur. Un représentant de la mosquée, dans son discours, a fait référence à l'héritage commun des juifs et des musulmans remontant à Abraham, le patriarche, nous appelant « frères cousins ».

Nous nous attendions à ce que notre visite se termine peu de temps après le service, quand il y a eu de nombreuses poignées de main et remerciements. Le rabbin Scheim a déclaré que certaines personnes l'avaient remercié les larmes aux yeux.

Mais notre visite s'est poursuivie lorsque nous avons été invités à visiter la mosquée et à rester pour prendre un café et des beignets. Rabbi Scheim a été invité à parler à nouveau au prochain service. Nos hôtes étaient attentifs, veillant à ce que chacun se voit proposer de la nourriture et des boissons individuellement, et exprimant leur inquiétude quant à savoir si la nourriture répondait à nos normes de cacheroute.

Mais au-delà de la bonne volonté manifestée de part et d'autre, il y avait un réel intérêt à se connaître. Des conversations ont surgi sur une gamme de sujets mutuellement intéressants – l'éducation des enfants, la nourriture (kashrut/halal), les spécificités de la prière, la sécurité dans les institutions religieuses, comment concilier travail et observance religieuse, comment combattre la haine.

Une femme musulmane a déclaré que les ennemis sont ceux « avec les mégaphones », tandis que d'autres personnes sont plus calmes. Mais elle a exprimé sa conviction que l'amour gagnera. Elle n'était pas la seule à dire au revoir avec un câlin.


L'article original peut être trouvé à http://bit.ly/2V8eNdn 

La salle de sport «Our London Family» dévoilée samedi

4 juin 2022 | London, ON Près d'un an après...

Le ramadan, un mois de solidarité à Cartierville

2 mai 2022 | Montréal - Les musulmans célèbres aujourd'hui...

laisse ton commentaire